Recherche par Pays

Informations économiques par zone géographique

Union Européenne
87  Articles pour Espagne
Espagne

 

L’Espagne est la quatrième économie de la zone euro. Après avoir rejoint l’Espace monétaire européen, le pays a, avec un taux de croissance de 3,6% en moyenne par an entre 2000 et 2007, connu une période faste, bien que fortement déséquilibrée car portée par le secteur de la construction et la hausse des prix de l’immobilier, les deux étant financés par la dette externe. La crise financière de 2008 a précipité l’éclatement de la bulle immobilière qui, à son tour, a déclenché une crise de la dette souveraine et une crise bancaire. La production a baissé d’environ 9% entre le deuxième trimestre 2008 – le précédent pic – et le printemps 2013, tandis que le chômage augmentait de 19%, jusqu’à atteindre 27% au premier trimestre 2013.

 

L’Espagne sort de l’une des pires crises économiques de son histoire. Son secteur bancaire a été restructuré et recapitalisé (à hauteur de 40 milliards) par un programme européen. Parallèlement à la volonté affichée de la BCE de préserver l’unité de la zone euro, les diverses mesures prises par les autorités espagnoles pour réduire le déficit budgétaire et améliorer le marché du travail ont rassuré les marchés. Les taux souverains sont désormais en dessous du niveau d’avant-crise en raison, aussi, des politiques extrêmement accommodantes menées par de grandes économies.

 

L’Espagne a retrouvé son taux de croissance de mi-2013 grâce à ses exportations. Pendant les années de crise, l’économie espagnole s’est centrée sur ses entreprises les plus productives, notamment celles capables d’identifier des débouchés à l’étranger pour compenser la baisse de la demande intérieure. Les gains de compétitivité-coût lui ont permis de gagner des parts de marché dans la zone euro et au-delà. La reprise, portée par les exportations et combinée avec l’amélioration de la situation financière, a également eu un impact positif sur la demande intérieure et porté la croissance du PIB. La création nette d’emplois a soutenu la demande des ménages et les conditions de prêt favorables ont porté l’investissement. Globalement la reprise semble durable, bien que la situation du pays reste fragile. La dévaluation interne a permis un ajustement, au prix d’un chômage massif. La production, quant à elle, reste encore loin de ses capacités. Le risque d’instabilité et la faible inflation sont par ailleurs problématiques. Enfin, l’énorme dette (publique et privée) rend l’économie espagnole vulnérable à un choc.

 

L’Espagne est une monarchie constitutionnelle. Sa capitale est Madrid.

 

Mise à jour : Octobre 2016

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2454 articles et 632 vidéos