Conjoncture

Une problématique économique, financière ou bancaire tous les mois dans Conjoncture

    Conjoncture - 12 janvier 2021
    Consulter la publication complète
    Au troisième trimestre 2020, la Turquie avait déjà retrouvé son niveau de PIB d’avant-Covid. Cette « prouesse » s’explique par un soutien conséquent de la politique économique, tant budgétaire que monétaire, qui n’a pas été sans risques. L’inflation n’a pas diminué et le compte courant a de nouveau basculé en déficit, au contraire d’autres pays émergents, ce qui a contribué à la forte dépréciation de la livre turque. Le renforcement de ces tensions a conduit le président Erdogan à changer le cap de sa politique économique. Un policy mix plus rigoureux, avec une politique monétaire plus réactive par rapport à l’inflation, et l’attractivité vis-à-vis des investisseurs étrangers en sont les deux piliers. Autant d’éléments qui devront se traduire durablement dans les faits, afin de réduire la volatilité et lever les freins qui altèrent la croissance turque depuis 5 ans.
    Conjoncture - 30 novembre 2020
    Consulter la publication complète
    L’Espagne, la Grèce, l’Italie et le Portugal ont été durement frappés sur le plan économique par l’épidémie de Covid-19. Ces pays pâtissent, en outre, depuis de longues années d’une croissance potentielle en berne, parmi les plus basses d’Europe. Les principaux facteurs de ralentissement à l’œuvre sont les mêmes : un faible niveau d’investissement et de productivité, et une démographie qui ralentit - voire décline - et qui pèse sur la force de travail. Comment évoluent ces différents facteurs ? Quel peut être l’impact de la crise économique actuelle sur la croissance structurelle ? Quels leviers actionner ?
    À quelques semaines à peine de la fin de la période de transition qui maintient de fait le Royaume-Uni dans l’Union européenne, les incertitudes sont grandes quant au Brexit et à ses conséquences. Néanmoins, quel que soit le résultat des négociations sur un accord de libre-échange, il est certain qu’il s’agira d’un Brexit « dur ». En partant de ce constat, de nombreuses questions importantes se posent. Que représentent le marché unique et l’union douanière de l’UE ? Quelles seront les conséquences de la sortie du Royaume-Uni de ces ensembles ? Quid des répercussions du Brexit sur l’économie du Royaume-Uni, et seront-t-elles différentes selon les secteurs ? Comment le Brexit influera-t-il la politique économique du Royaume-Uni ?
    Conjoncture - 29 octobre 2020
    Consulter la publication complète
    Face à des taux d’investissement structurellement faibles et à une stagnation de la productivité, le Brésil s’est principalement appuyé sur des facteurs démographiques pour alimenter sa croissance économique. Toutefois, face au vieillissement rapide de sa population et à la baisse de son taux de fécondité, le bonus démographique du Brésil s’estompe progressivement. Pour relever ses perspectives de croissance à moyen terme (augmenter sa croissance potentielle), le Brésil doit stimuler l’investissement du secteur privé et améliorer la productivité globale de ses facteurs de production. Pour relever ce défi, l’administration a mis en place un ambitieux programme de réformes structurelles ancré sur deux piliers complémentaires : l’amélioration de l’environnement des affaires et la transformation du rôle de l’État au sein de l’économie. Les perturbations occasionnées par la pandémie de Covid-19 ont cependant ralenti l’avancée des réformes et accru l’incertitude autour des perspectives économiques du pays. Elles soulèvent surtout des interrogations concernant le temps nécessaire pour que l’investissement et la productivité deviennent des moteurs alternatifs et soutenables à la croissance.

Sur le même thème

Turquie : démystifier la dépréciation de la livre 13/11/2020
La livre turque s’est visiblement dépréciée ces dernières semaines, une évolution dont il est important de bien comprendre les causes et les conséquences, à la fois négatives et positive.
Turquie : pas la pire crise que le pays ait connue 05/06/2020
La Turquie a enregistré une croissance positive au 1er trimestre. Le pays ne devrait pas échapper à une perte d’activité en 2020, mais celle-ci devrait rester l’une des plus faibles du Monde émergent.
Notre baromètre d'activité résiste 24/04/2020
Notre baromètre des indicateurs de la Turquie montre une bonne résistance de l’économie jusqu’en février/mars. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas imposé de confinement généralisé de sorte que le choc d’offre est moins fort que dans les autres économies européennes. Par ailleurs, la banque centrale a baissé son taux directeur de 200 points de base depuis la mi-mars et le gouvernement a annoncé qu’un tiers du programme de relance, d’un  montant de TRY 100 mds (2,3% du PIB), avait déjà été dépensé à la mi-avril. Nous anticipons une récession limitée à -2% pour 2020.
Résistance de l'économie turque 13/03/2020
Les indicateurs du radar de l’économie turque dépeignent une économie qui résiste au ralentissement économique mondial et aux incertitudes liées à l’engagement militaire en Syrie. La croissance du PIB réel a nettement rebondi au T42019 (+5,9% sur un an contre 1% au T3) grâce notamment à la consommation privée et au retour à la confiance des chefs d’entreprise. Le moral des ménages s’est, en revanche, dégradé avec la hausse du chômage, mais ces derniers ont pu bénéficier de conditions de crédit à la consommation très attractives de la part des banques publiques dans un contexte de forte baisse des taux directeurs (ramenés de 24% fin juillet à 10,75%). La baisse des prix du pétrole est une aubaine car elle pourrait compenser l’augmentation du déficit commercial hors énergie du fait de la dépréciation du change, d’une part, et de la forte intégration des industries turques dans les chaines de valeur, d’autre part. Un bémol toutefois, ces données, y compris les enquêtes, ne prennent pas en compte les effets disruptifs de la propagation du covid-19 sur la production.

QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2607 articles et 681 vidéos