Eco Perspectives

Dégradation des perspectives de croissance

29/06/2022

L’activité s’est contractée en avril et mai 2022 en raison de sévères restrictions à la mobilité imposées dans des régions industrielles comme Shanghai. Depuis fin mai, ces restrictions sont progressivement levées, et l’activité a commencé à rebondir. Cependant, les risques baissiers restent élevés, et les autorités continuent d’assouplir les politiques budgétaire et monétaire. Alors que la demande de crédit ne se redresse que légèrement malgré la baisse des taux d’intérêt, l’environnement international et les risques de sorties de capitaux pourraient limiter la marge de manœuvre de la banque centrale.

L’activité économique s’est redressée depuis fin mai avec la levée progressive des restrictions à la mobilité à Shanghai et dans l’ensemble du pays. La production industrielle a commencé à rebondir, grâce notamment à la reprise des exportations, tandis que l’activité dans les services s’est encore contractée en mai. les investissements ont quant à eux ré-accéléré, tirés par les projets d’infrastructures.

À court terme, la croissance devrait se raffermir, mais les risques baissiers restent élevés. D’abord, la situation sanitaire demeure incertaine et les autorités devraient maintenir une stratégie zéro Covid jusqu’à fin 2022. Ensuite, la consommation privée va souffrir de la dégradation du marché du travail. Le taux de chômage a grimpé de 5,1% fin 2021 à 5,9% en mai 2022. Il est plus élevé encore dans les 31 grandes villes du pays (6,9% en mai). Plus inquiétant, le taux de chômage des 16-24 ans a atteint 18,4% en mai, un record.

Les effets négatifs de la hausse des prix à la consommation sur le pouvoir d’achat des ménages devraient en revanche être modérés.

CROISSANCE ET INFLATION

L’IPC n’a augmenté que de 2,1% en g.a. en avril et mai. L’inflation sous-jacente est faible (0,9%) en raison de l’atonie de la demande intérieure, tandis que la hausse des prix alimentaires et de l’énergie reste limitée en dépit des tensions au niveau mondial, du fait de la baisse continue des prix de la viande et des contrôles partiels des prix des céréales et de l’énergie.

Par ailleurs, la crise dans l’immobilier et la construction perdure (les transactions immobilières ont chuté de 24% en g.a. sur les cinq premiers mois de 2022), ce qui freine l’emploi, la consommation de biens durables et l’investissement. Des mesures ont été introduites pour encourager les transactions, et les conditions de prêts hypothécaires et de financement à court terme des promoteurs immobiliers ont été légèrement assouplies, mais les autorités gardent leurs objectifs de modération des coûts du logement et de désendettement des promoteurs.

CHINE : REDÉMARRAGE

Enfin, les exportations ont rebondi en mai (+16,8% en g.a. contre 3,7% en avril) et devraient se renforcer à court terme grâce à la diminution des problèmes logistiques. Cependant, les exportations ne seront pas un moteur de croissance aussi puissant en 2022 qu’en 2021 compte tenu du ralentissement du commerce mondial.

Conséquence des risques baissiers sur la croissance, l’assouplissement du policy mix se poursuit. Sur le plan budgétaire, les mesures de soutien consistent essentiellement en de nouveaux investissements dans les infrastructures ainsi qu’en des aides aux entreprises, visant notamment à soutenir les PME et le secteur manufacturier (via des baisses d’impôts, des subventions ou le paiement différé des cotisations de sécurité sociale). La diminution des taxes à l’achat de voitures particulières, qui figurait dans le nouveau dispositif de mesures annoncé fin mai, est l’une des rares mesures visant à soutenir la consommation privée. Certaines provinces ont également procédé à des versements en espèces aux ménages, mais leur montant reste faible.

Les taux d’intérêt sur les prêts et les taux monétaires ont diminué depuis le début de l’année, mais la marge de manœuvre de la banque centrale se réduit dans l’environnement international actuel et compte tenu des risques de sorties de capitaux. Par ailleurs, les autorités ont largement recours à des instruments de politique de crédit tels que les quotas de prêts alloués aux banques et les programmes de prêts ciblés (visant à soutenir les PME, les zones rurales et les secteurs les plus fragilisés par la crise du Covid). Cependant, l’efficacité de la politique monétaire et de crédit se heurte à la faiblesse de la demande de prêts. L’accélération de la croissance du crédit, de fait, reste limitée.

Découvrir les autres articles de la publication

Global
Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Aux États-Unis comme dans la zone euro, le niveau d’activité est très élevé mais la croissance a déjà nettement marqué le pas. Elle devrait rester faible en glissement trimestriel jusqu’à la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Accélération de la normalisation monétaire

Accélération de la normalisation monétaire

Le rebond inattendu de l’inflation en mai a contraint la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) à accélérer la normalisation de sa politique monétaire [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Depuis le début de l’année 2022, le Japon fait face à une remontée de l’inflation, certes modérée, mais inédite depuis 2014, tandis que sa croissance a reculé au T1 [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Plus d’inflation que de croissance

Plus d’inflation que de croissance

Jusqu’ici relativement résistante aux chocs, la croissance de la zone euro devrait plus nettement ralentir dans les prochains mois [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

L’Allemagne fait partie des pays de la zone euro les plus touchés par le conflit russo-ukrainien, ce qui se traduit par de faibles perspectives de croissance et une inflation élevée [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

L’économie française est prise en étau entre trois évolutions aux effets divergents : un choc inflationniste qui pèse sur la consommation des ménages, un choc d’offre négatif (contraintes d’approvisionnement dans l’industrie) et la levée des restrictions sanitaires (qui bénéficie à la croissance à partir du 2e trimestre, après avoir pesé au 1er). Les mesures gouvernementales, qui ont limité l’inflation, n’ont pas empêché une croissance négative au 1er trimestre. Toutefois, l’impact positif de la levée des restrictions sanitaires et un rebond du pouvoir d’achat devraient permettre le retour à une croissance positive au 3e trimestre (+0,3% t/t).

LIRE L'ARTICLE
Italie
Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

À la différence des précédentes récessions, l’économie italienne a déjà rattrapé le terrain perdu en 2020. L’acquis de croissance pour 2022 s’élève à 2,6 % après que le PIB ait progressé de 0,1% au T1 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Bonne résistance aux chocs

Bonne résistance aux chocs

Après un rebond d’activité en 2021 plus faible que ses voisins européens, l’Espagne devrait connaitre un taux de croissance soutenu en 2022, supérieur à 4% [...]

LIRE L'ARTICLE
Pays-Bas
De l'inflation au-delà des prix à la consommation

De l'inflation au-delà des prix à la consommation

Avec un mix énergétique composé à près de 90% d’énergies fossiles, les Pays-Bas sont touchés de plein fouet par la forte hausse des prix du gaz et du pétrole depuis le début du conflit russo-ukrainien [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
En attendant le rebond

En attendant le rebond

Le PIB belge a progressé de 0,5% au premier trimestre 2022, tandis que l’inflation continue de battre des records. La confiance des ménages a été mise à mal au début de l’invasion russe en Ukraine, ce qui pourrait plomber la croissance du PIB belge [...]

LIRE L'ARTICLE
Grèce
Des perspectives toujours encourageantes

Des perspectives toujours encourageantes

À plus de 10% au printemps, l’inflation constituera le principal frein à l’activité en Grèce en 2022. L’économie a néanmoins bien résisté jusqu’à présent [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Au bord de la récession ?

Au bord de la récession ?

L’inflation se poursuit, portée par les singularités de l’économie britannique [...]

LIRE L'ARTICLE
Danemark
Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Le Danemark se singularise par une reprise économique bien plus forte que dans les autres pays européens. L’économie danoise a ainsi retrouvé très vite son niveau d’avant-crise, et même dépassé sa trajectoire de croissance pré-pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

Après avoir été pénalisée par le variant Omicron, l’activité économique est repartie à la hausse dès le mois de février et devrait continuer de progresser, permettant à la croissance d’atteindre 4% en 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE