Eco Perspectives

De l'inflation au-delà des prix à la consommation

29/06/2022

Avec un mix énergétique composé à près de 90% d’énergies fossiles, les Pays-Bas sont touchés de plein fouet par la forte hausse des prix du gaz et du pétrole depuis le début du conflit russo-ukrainien. Cela se traduit par un taux d’inflation parmi les plus élevés d’Europe. Malgré cela, la consommation des ménages résiste et les entreprises sont une majorité à penser que l’activité restera vigoureuse dans les mois à venir. La bonne tenue de l’activité permet au gouvernement de cantonner son soutien à une série de mesures limitées afin de poursuivre le désendettement des administrations publiques. Par ailleurs, le pays doit faire face à un autre type d’inflation, aussi inquiétante, celle de l’immobilier, le nombre trop faible de logements ne répondant pas aux besoins. Les prix des logements se sont ainsi envolés de 29 % depuis la fin 2019.

Malgré une dépendance à la Russie limitée (seulement 23% de l’énergie utilisée aux Pays-Bas provient de la Russie), le pays, dont le mix énergétique est composé à près de 90 % d’énergies fossiles, doit relever un véritable défi. Pour diversifier ses approvisionnements, le gouvernement néerlandais mise sur ses infrastructures portuaires (Rotterdam est le premier port d'Europe) en augmentant le recours au gaz naturel liquéfié (GNL). Cela doit lui permettre de compenser les moindres importations en provenance de Russie mais aussi pallier la fermeture en octobre 2022 du Groningue (plus grand gisement de gaz naturel d'Europe occidentale, qui couvrait 40% des besoins de gaz du pays).

Cette très forte exposition aux énergies fossiles, dans le contexte de flambée des prix de l’énergie, explique pourquoi la hausse de la composante « énergie » de l’indice des prix avoisine encore les 70% a/a en mai (après un pic en mars à +103% a/a) et tire l’inflation totale à des niveaux inédits (+10,2% a/a en mai). En moyenne en 2022, l’inflation atteindrait 9,2% selon les prévisions de l’OCDE. Sur le second semestre de l’année, l’inflation énergétique laisserait progressivement sa place à celle des produits manufacturés, les entreprises industrielles répercutant une partie de la hausse des prix de production (+27,4% a/a en avril) sur leur prix de vente.

CROISSANCE ET INFLATION

Ces poussées inflationnistes ont eu raison de la confiance des ménages qui s’établissait très proche de son plus bas historique en mai (-47). Pour autant, leur consommation ne flanche pas (les ventes au détail en avril dépassent de près de 7% leur niveau de fin 2019). Cette bonne dynamique se reflète dans la confiance des entreprises dont les perspectives d’activité sont bien orientées, portées par les secteurs en pleine expansion comme l’industrie des composants électroniques. Au global, le tracker du cycle des affaires calculé par le Bureau central de la statistique néerlandais (CBS) se maintient à un haut niveau en juin. Avec un acquis de croissance de +2,8% au T1 2022, la croissance du PIB resterait élevée aux Pays-Bas en 2022 (+2,9% en moyenne annuelle). Face à une activité résiliente pour le moment, les mesures de soutien public se limitent à des compensations monétaires pour les ménages les plus modestes, comme l’octroi d’un chèque énergie, et des réductions sur les prix de l’énergie (baisse de la TVA sur le pétrole et le diesel de 21% à 9%). Cela permet au gouvernement de contenir son déficit public et de poursuivre la baisse de son ratio d’endettement amorcée dès 2021.

Aussi inquiétant, si ce n’est plus, les Pays-Bas souffrent d’un autre type d’inflation : celle qui s’abat sur les prix de l’immobilier depuis 2014. Les causes relèvent davantage de problèmes structurels que d’un choc conjoncturel. Dans le pays le plus densément peuplé d'Europe, où les besoins de nouveaux logements sont estimés à environ 1 million d’unités d’ici 2030, les prix des logements anciens ont progressé de +19,7% a/a en avril. Ce phénomène s’explique par une pénurie croissante de logements ainsi que par des dispositifs fiscaux incitant à la détention de biens immobiliers. Le récent redressement du crédit à l’habitat (+2,3% a/a à la fin du 1er trimestre) soutient également la demande alors que l’endettement des ménages est déjà très élevé (avoisinant les 200 % du revenu disponible en 2021).

PAYS-BAS : PRIX DE L’IMMOBILIER

Découvrir les autres articles de la publication

Global
Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Aux États-Unis comme dans la zone euro, le niveau d’activité est très élevé mais la croissance a déjà nettement marqué le pas. Elle devrait rester faible en glissement trimestriel jusqu’à la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Accélération de la normalisation monétaire

Accélération de la normalisation monétaire

Le rebond inattendu de l’inflation en mai a contraint la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) à accélérer la normalisation de sa politique monétaire [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Dégradation des perspectives de croissance

Dégradation des perspectives de croissance

L’activité s’est contractée en avril et mai 2022 en raison de sévères restrictions à la mobilité imposées dans des régions industrielles comme Shanghai [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Depuis le début de l’année 2022, le Japon fait face à une remontée de l’inflation, certes modérée, mais inédite depuis 2014, tandis que sa croissance a reculé au T1 [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Plus d’inflation que de croissance

Plus d’inflation que de croissance

Jusqu’ici relativement résistante aux chocs, la croissance de la zone euro devrait plus nettement ralentir dans les prochains mois [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

L’Allemagne fait partie des pays de la zone euro les plus touchés par le conflit russo-ukrainien, ce qui se traduit par de faibles perspectives de croissance et une inflation élevée [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

L’économie française est prise en étau entre trois évolutions aux effets divergents : un choc inflationniste qui pèse sur la consommation des ménages, un choc d’offre négatif (contraintes d’approvisionnement dans l’industrie) et la levée des restrictions sanitaires (qui bénéficie à la croissance à partir du 2e trimestre, après avoir pesé au 1er). Les mesures gouvernementales, qui ont limité l’inflation, n’ont pas empêché une croissance négative au 1er trimestre. Toutefois, l’impact positif de la levée des restrictions sanitaires et un rebond du pouvoir d’achat devraient permettre le retour à une croissance positive au 3e trimestre (+0,3% t/t).

LIRE L'ARTICLE
Italie
Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

À la différence des précédentes récessions, l’économie italienne a déjà rattrapé le terrain perdu en 2020. L’acquis de croissance pour 2022 s’élève à 2,6 % après que le PIB ait progressé de 0,1% au T1 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Bonne résistance aux chocs

Bonne résistance aux chocs

Après un rebond d’activité en 2021 plus faible que ses voisins européens, l’Espagne devrait connaitre un taux de croissance soutenu en 2022, supérieur à 4% [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
En attendant le rebond

En attendant le rebond

Le PIB belge a progressé de 0,5% au premier trimestre 2022, tandis que l’inflation continue de battre des records. La confiance des ménages a été mise à mal au début de l’invasion russe en Ukraine, ce qui pourrait plomber la croissance du PIB belge [...]

LIRE L'ARTICLE
Grèce
Des perspectives toujours encourageantes

Des perspectives toujours encourageantes

À plus de 10% au printemps, l’inflation constituera le principal frein à l’activité en Grèce en 2022. L’économie a néanmoins bien résisté jusqu’à présent [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Au bord de la récession ?

Au bord de la récession ?

L’inflation se poursuit, portée par les singularités de l’économie britannique [...]

LIRE L'ARTICLE
Danemark
Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Le Danemark se singularise par une reprise économique bien plus forte que dans les autres pays européens. L’économie danoise a ainsi retrouvé très vite son niveau d’avant-crise, et même dépassé sa trajectoire de croissance pré-pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

Après avoir été pénalisée par le variant Omicron, l’activité économique est repartie à la hausse dès le mois de février et devrait continuer de progresser, permettant à la croissance d’atteindre 4% en 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE