Eco Perspectives

Des perspectives toujours encourageantes

29/06/2022

À plus de 10% au printemps, l’inflation constituera le principal frein à l’activité en Grèce en 2022. L’économie a néanmoins bien résisté jusqu’à présent. Le taux de chômage est au plus bas depuis 2010 et le rebond du PIB est soutenu depuis la fin du confinement de 2020. Une période récessive est peu probable cette année. Le tourisme devrait notamment bénéficier d’une saison estivale solide. Par ailleurs, la Grèce sortira officiellement le 20 août 2022 du programme de surveillance de la Commission européenne, démarré en juin 2018. Le pays a aussi procédé, en mai dernier, au dernier remboursement des créances contractées auprès du FMI durant la crise de 2011 (EUR 1,9 md). Onze ans après le déclenchement de celle-ci, la Grèce fait un pas de plus vers une normalisation de son système économique.

La Grèce a été l’une des premières économies de la zone euro à se redresser depuis la fin du confinement de 2020. Après un rebond de 8,0% en 2021, le PIB réel a crû à nouveau sensiblement au T1 2022 (+2,3% t/t), soutenu par la consommation privée (+2,5 investissements (+3,7% t/t). À % t/t) et les la fin du premier trimestre 2022, l’activité en Grèce dépassait de 2,5% son niveau prépandémique, un chiffre trois fois supérieur au niveau moyen en zone euro. Le taux de chômage est redescendu à 12,5% au mois d’avril, un plus bas depuis 12 ans. Ce chiffre doit cependant être pris avec recul puisque la population active a chuté fortement depuis le déclenchement de la crise financière mondiale en 2008/2009, et notamment parmi les jeunes[1]. Néanmoins, l’économie grecque a fait preuve jusqu’ici de résilience, et les risques de récession sont plus contenus qu’ailleurs en Europe. Le pays bénéficiera probablement d’une saison estivale de très bonne tenue, même si les mouvements sociaux et les pénuries de main d’œuvre, auxquelles est confronté actuellement le transport aérien, pourraient ternir quelque peu ces perspectives.

Les facteurs de risque pour le second semestre 2022 se concentrent essentiellement autour des conséquences du resserrement monétaire en zone euro (et la remontée des taux obligataires) et, surtout, de l’inflation. Cette dernière gagne en effet du terrain, la barre des 10% ayant été franchie en mai (10,5% a/a en termes harmonisés). Si les prix de l’énergie (+60,9% a/a) constituent encore très largement le principal facteur de cette hausse de l’inflation, les prix dans l’alimentation (+12,0% a/a), la restauration et l’hôtellerie (+5,1% a/a), ainsi que les équipements ménagers (5,1% a/a), s’envolent. Une bonne partie des produits de consommation est importée.

CROISSANCE ET INFLATION

Le pays pâtit donc fortement de la hausse des cours mondiaux liée aux pénuries et aux perturbations dans le commerce international. Une nouvelle accélération de l’inflation cet été n’est pas à écarter, la hausse des prix à la consommation s’étant accentuée sensiblement au cours du premier semestre 2022.

Pour renforcer les mesures de soutien aux ménages et aux entreprises, le gouvernement envisage notamment de prolonger la baisse de la TVA dans la restauration et les transports, ainsi qu’à étendre la suppression de la taxe de solidarité à l’ensemble de la population en 2023 (elle ne concerne pour l‘instant que les employés du secteur privé). Les marges budgétaires sont néanmoins minces. En effet, le déficit primaire atteindrait 4,1% du PIB en 2022 selon les prévisions de l’OCDE.

Plus l’épicentre des craintes de la zone euro?

Alors que les inquiétudes portant sur une possible fragmentation de la zone euro s’intensifient et que les taux d’intérêt souverains grecs sont sensiblement remontés, l’écart de taux avec le Bund allemand est resté inférieur à celui observé en Italie. Cela pourrait traduire en partie des dynamiques de fond désormais plus favorables à la Grèce. Même si le niveau de l’endettement public reste supérieur à celui de l’Italie, les besoins de financement de l’État grec se sont réduits plus significativement (22,4% du PIB en 2021 contre 30,6% en Italie) et cet écart devrait, selon les projections de la Commission européenne, se creuser[2].

La situation politique apparaît également plus stable qu’en Italie, où la coalition menée par Mario Draghi reste fragile. Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, dispose d'une majorité confortable au Parlement (La Nouvelle Démocratie compte 158 sièges sur 300) et d'une solide popularité. Les prochaines élections générales en Grèce auront lieu en août 2023, ce qui laisse du temps au gouvernement pour avancer sur plusieurs réformes de fond telles que la création d'une nouvelle taxe foncière, la refonte du système cadastral, ou encore la privatisation de la société publique de gaz (Public Gas Corporation).

[1] Une baisse de 372 000 ou -7,3% entre le T3 2009 et le T1 2022.

[2] Voir Fiscal Sustanaibility report, Commission européenne, Avril 2022

Découvrir les autres articles de la publication

Global
Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Aux États-Unis comme dans la zone euro, le niveau d’activité est très élevé mais la croissance a déjà nettement marqué le pas. Elle devrait rester faible en glissement trimestriel jusqu’à la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Accélération de la normalisation monétaire

Accélération de la normalisation monétaire

Le rebond inattendu de l’inflation en mai a contraint la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) à accélérer la normalisation de sa politique monétaire [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Dégradation des perspectives de croissance

Dégradation des perspectives de croissance

L’activité s’est contractée en avril et mai 2022 en raison de sévères restrictions à la mobilité imposées dans des régions industrielles comme Shanghai [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Depuis le début de l’année 2022, le Japon fait face à une remontée de l’inflation, certes modérée, mais inédite depuis 2014, tandis que sa croissance a reculé au T1 [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Plus d’inflation que de croissance

Plus d’inflation que de croissance

Jusqu’ici relativement résistante aux chocs, la croissance de la zone euro devrait plus nettement ralentir dans les prochains mois [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

L’Allemagne fait partie des pays de la zone euro les plus touchés par le conflit russo-ukrainien, ce qui se traduit par de faibles perspectives de croissance et une inflation élevée [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

L’économie française est prise en étau entre trois évolutions aux effets divergents : un choc inflationniste qui pèse sur la consommation des ménages, un choc d’offre négatif (contraintes d’approvisionnement dans l’industrie) et la levée des restrictions sanitaires (qui bénéficie à la croissance à partir du 2e trimestre, après avoir pesé au 1er). Les mesures gouvernementales, qui ont limité l’inflation, n’ont pas empêché une croissance négative au 1er trimestre. Toutefois, l’impact positif de la levée des restrictions sanitaires et un rebond du pouvoir d’achat devraient permettre le retour à une croissance positive au 3e trimestre (+0,3% t/t).

LIRE L'ARTICLE
Italie
Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

À la différence des précédentes récessions, l’économie italienne a déjà rattrapé le terrain perdu en 2020. L’acquis de croissance pour 2022 s’élève à 2,6 % après que le PIB ait progressé de 0,1% au T1 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Bonne résistance aux chocs

Bonne résistance aux chocs

Après un rebond d’activité en 2021 plus faible que ses voisins européens, l’Espagne devrait connaitre un taux de croissance soutenu en 2022, supérieur à 4% [...]

LIRE L'ARTICLE
Pays-Bas
De l'inflation au-delà des prix à la consommation

De l'inflation au-delà des prix à la consommation

Avec un mix énergétique composé à près de 90% d’énergies fossiles, les Pays-Bas sont touchés de plein fouet par la forte hausse des prix du gaz et du pétrole depuis le début du conflit russo-ukrainien [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
En attendant le rebond

En attendant le rebond

Le PIB belge a progressé de 0,5% au premier trimestre 2022, tandis que l’inflation continue de battre des records. La confiance des ménages a été mise à mal au début de l’invasion russe en Ukraine, ce qui pourrait plomber la croissance du PIB belge [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Au bord de la récession ?

Au bord de la récession ?

L’inflation se poursuit, portée par les singularités de l’économie britannique [...]

LIRE L'ARTICLE
Danemark
Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Le Danemark se singularise par une reprise économique bien plus forte que dans les autres pays européens. L’économie danoise a ainsi retrouvé très vite son niveau d’avant-crise, et même dépassé sa trajectoire de croissance pré-pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

Après avoir été pénalisée par le variant Omicron, l’activité économique est repartie à la hausse dès le mois de février et devrait continuer de progresser, permettant à la croissance d’atteindre 4% en 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE