Eco Perspectives

Une reprise de meilleure qualité dans un monde plus complexe

29/06/2022

À la différence des précédentes récessions, l’économie italienne a déjà rattrapé le terrain perdu en 2020. L’acquis de croissance pour 2022 s’élève à 2,6 % après que le PIB ait progressé de 0,1% au T1 2022. En glissement annuel, la croissance a dépassé les 6 %. La valeur ajoutée du secteur de la construction a continué de croître, l'activité manufacturière a reculé et l’activité dans les services a continué de stagner. La reprise économique est principalement tirée par la vigueur de l'investissement. La consommation privée a décliné, les ménages italiens demeurant extrêmement prudents. Les importations ont connu une forte hausse, ce qui a ramené le solde courant en territoire négatif. En 2021, la reprise économique a été moins soutenue dans les régions du Sud du pays.

Une reprise encore positive

Au T1 2022, le PIB réel a peu progressé, de 0,1% t/t mais, mesurée en glissement annuel, la croissance affiche un résultat bien plus flatteur, dépassant les 6%. Contrairement aux précédentes récessions, l’économie italienne a déjà rattrapé le terrain perdu en 2020. L’acquis de croissance pour 2022 est de 2,6%. Au début de 2022, le secteur des services a été déprimé par l’aggravation de la pandémie, se traduisant par une stagnation de la valeur ajoutée et une baisse du chiffre d'affaires des secteurs de l'hébergement et de la restauration. Les recettes liées aux déplacements internationaux ont augmenté, mais elles demeurent très en deçà de leur niveau pré-covid.

CROISSANCE ET INFLATION

Les goulets d'étranglement du côté de l'offre et la forte hausse des cours des matières premières ont continué de peser sur l'activité industrielle. Au T1 2022, la valeur ajoutée de l'industrie manufacturière a ainsi chuté de presque 1%. Celle du secteur de la construction a, en revanche, connu une nouvelle hausse.

Investissement vigoureux, consommation décevante

En Italie, la reprise économique est liée principalement à la vigueur de l'investissement. Ce dernier a augmenté de plus de 3% en moyenne sur une base trimestrielle depuis le début de 2021, soutenu par les incitations fiscales et des conditions financières encore favorables. Au T1 2022, l’investissement a ainsi dépassé d'environ 15% son niveau du T4 2019. Le taux d’investissement a augmenté, dépassant 21%, mais il reste en deçà du niveau de l'Allemagne ou de la France.

Au T1 2022, la consommation a chuté de 0,8%, après avoir stagné au T4 2019. Au début de 2022, la confiance des ménages s’est détériorée sur fond de résurgence de la pandémie et dégradation du scénario mondial. Les ménages sont restés extrêmement prudents, ce qui s'est traduit par une nouvelle hausse de l'épargne de précaution, comme en atteste le stock de dépôts bancaires qui atteint près de EUR 1 180 mds, soit EUR 15 mds de plus qu'en décembre 2019. Compte tenu de la progression encore modérée des salaires, la hausse de l'inflation a davantage affaibli le pouvoir d'achat, les ménages à bas revenus subissant plus fortement la hausse du prix des denrées alimentaires et de l'énergie.

Au T2 2022, la contribution du commerce extérieur a été négative (-0,3%). La valeur des importations énergétiques a atteint EUR 27 mds, contre EUR 10 mds au T1 2021, et celle des biens intermédiaires s'est établie à EUR 56 mds. Le solde courant a enregistré un déficit de EUR 8,6 mds, contre un excédent de EUR 7,5 mds un an plus tôt, la balance des biens passant d'un excédent de EUR 13 mds à un déficit de EUR 3,7 mds tandis que le déficit de la balance des services est resté inchangé.

Le fossé nord-sud

En Italie, la situation actuelle masque des tendances très divergentes entre les différentes régions. Durant la décennie qui a précédé la pandémie, l'écart entre les régions du centre et du nord et celles du sud s'est creusé. La dépendance plus grande à la demande intérieure et aux dépenses publiques de l'économie méridionale a contribué à cet écart de performance. En 2019, le PIB réel des régions du sud était encore inférieur de 10% au niveau de 2007, tandis que celui de l'Italie centrale et de l'Italie du nord était inférieur de seulement 2%. La pandémie a eu une incidence similaire sur les régions du centre et du nord et sur celles du sud. D’après les dernières estimations disponibles, la reprise de 2021 a toutefois été moins vigoureuse dans le sud du pays. La divergence entre les deux zones est particulièrement évidente si l'on regarde le marché du travail : en 2020 (dernière année pour laquelle une comparaison est possible), le taux d'emploi de la population masculine était de 74,1 % dans le nord et de 70,4% dans le centre, tandis que dans le sud, il était d'environ 56% ; pour les femmes, les valeurs étaient de 59%, 55,2% et de 32,5%. Dans le sud, le taux d'inactivité atteint un niveau spectaculaire de 60% chez ces dernières. Au cours de la dernière décennie, le secteur des entreprises s'est également affaibli dans les régions méridionales : les entreprises y sont en moyenne plus petites (2,9 employés contre 4,3 en moyenne), et elles accusent un retard dans les technologies numériques.

Une utilisation efficace des ressources fournies par le Plan national de relance et de résilience (PNRR), le volet italien du plan européen de relance, pourrait contribuer à réduire l'écart entre le nord et le sud de l'Italie. Ces ressources, ainsi que celles du fonds complémentaire, des fonds structurels et du Fonds de développement et de cohésion, représentent environ EUR 200 mds à la disposition de régions méridionales jusqu'en 2030.

Découvrir les autres articles de la publication

Global
Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Les inquiétudes sur les perspectives de croissance grandissent

Aux États-Unis comme dans la zone euro, le niveau d’activité est très élevé mais la croissance a déjà nettement marqué le pas. Elle devrait rester faible en glissement trimestriel jusqu’à la fin de l’année [...]

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
Accélération de la normalisation monétaire

Accélération de la normalisation monétaire

Le rebond inattendu de l’inflation en mai a contraint la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) à accélérer la normalisation de sa politique monétaire [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Dégradation des perspectives de croissance

Dégradation des perspectives de croissance

L’activité s’est contractée en avril et mai 2022 en raison de sévères restrictions à la mobilité imposées dans des régions industrielles comme Shanghai [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Une singularité assumée, mais jusqu'à quand ?

Depuis le début de l’année 2022, le Japon fait face à une remontée de l’inflation, certes modérée, mais inédite depuis 2014, tandis que sa croissance a reculé au T1 [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Plus d’inflation que de croissance

Plus d’inflation que de croissance

Jusqu’ici relativement résistante aux chocs, la croissance de la zone euro devrait plus nettement ralentir dans les prochains mois [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

Après l'inflation importée, l'inflation domestique ?

L’Allemagne fait partie des pays de la zone euro les plus touchés par le conflit russo-ukrainien, ce qui se traduit par de faibles perspectives de croissance et une inflation élevée [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

Un choc de pouvoir d’achat dilué, mais bien présent

L’économie française est prise en étau entre trois évolutions aux effets divergents : un choc inflationniste qui pèse sur la consommation des ménages, un choc d’offre négatif (contraintes d’approvisionnement dans l’industrie) et la levée des restrictions sanitaires (qui bénéficie à la croissance à partir du 2e trimestre, après avoir pesé au 1er). Les mesures gouvernementales, qui ont limité l’inflation, n’ont pas empêché une croissance négative au 1er trimestre. Toutefois, l’impact positif de la levée des restrictions sanitaires et un rebond du pouvoir d’achat devraient permettre le retour à une croissance positive au 3e trimestre (+0,3% t/t).

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Bonne résistance aux chocs

Bonne résistance aux chocs

Après un rebond d’activité en 2021 plus faible que ses voisins européens, l’Espagne devrait connaitre un taux de croissance soutenu en 2022, supérieur à 4% [...]

LIRE L'ARTICLE
Pays-Bas
De l'inflation au-delà des prix à la consommation

De l'inflation au-delà des prix à la consommation

Avec un mix énergétique composé à près de 90% d’énergies fossiles, les Pays-Bas sont touchés de plein fouet par la forte hausse des prix du gaz et du pétrole depuis le début du conflit russo-ukrainien [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
En attendant le rebond

En attendant le rebond

Le PIB belge a progressé de 0,5% au premier trimestre 2022, tandis que l’inflation continue de battre des records. La confiance des ménages a été mise à mal au début de l’invasion russe en Ukraine, ce qui pourrait plomber la croissance du PIB belge [...]

LIRE L'ARTICLE
Grèce
Des perspectives toujours encourageantes

Des perspectives toujours encourageantes

À plus de 10% au printemps, l’inflation constituera le principal frein à l’activité en Grèce en 2022. L’économie a néanmoins bien résisté jusqu’à présent [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Au bord de la récession ?

Au bord de la récession ?

L’inflation se poursuit, portée par les singularités de l’économie britannique [...]

LIRE L'ARTICLE
Danemark
Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

Le Danemark se singularise par une reprise économique bien plus forte que dans les autres pays européens. L’économie danoise a ainsi retrouvé très vite son niveau d’avant-crise, et même dépassé sa trajectoire de croissance pré-pandémie [...]

LIRE L'ARTICLE
Norvège
En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

En réponse à l'inflation, un resserrement monétaire et budgétaire coordonné

Après avoir été pénalisée par le variant Omicron, l’activité économique est repartie à la hausse dès le mois de février et devrait continuer de progresser, permettant à la croissance d’atteindre 4% en 2022 [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE