Perspectives

Souveraineté industrielle : du rêve à la réalité

e
Eco Perspectives // 3 trimestre 2022 - Achevé de rédiger le 20 juin 2022  
economic-research.bnpparibas.com  
1
5
DANEMARK  
SOUVERAINETÉ INDUSTRIELLE : DU RÊVE A LA RÉALITÉ  
Le Danemark se singularise par une reprise économique bien plus forte que dans les autres pays européens. L’éco-  
nomie danoise a ainsi retrouvé très vite son niveau d’avant-crise, et même dépassé sa trajectoire de croissance  
pré-pandémie. L’industrie est en pleine expansion grâce à son positionnement sur des segments de marché à haute  
valeur ajoutée. Pour autant, cette dynamique est menacée à court terme par les pressions inflationnistes dans un  
contexte de tensions sur le marché du travail. La Banque centrale n’a pas encore enclenché de mouvement en direc-  
tion d’une normalisation de sa politique monétaire, mais elle prévoit un resserrement graduel et progressif à venir  
des conditions monétaires.  
L’économie danoise a très fortement rebondi à la suite du choc pandé-  
mique. Le PIB danois évolue 6 % au-dessus de son niveau d’avant-crise  
CROISSANCE ET INFLATION  
er  
T4 2019) à la fin du 1 trimestre 2022, et même 2,3 % au-dessus de  
(
la tendance du PIB observée avant la crise, ce qui en fait une excep-  
tion en Europe. Ce dynamisme est porté par une industrie en pleine  
expansion. À l’heure où la réindustrialisation est au cœur du projet eu-  
ropéen, le Danemark montre la voie avec une industrie qui regagne du  
terrain : en avril, la production manufacturière dépassait de 19,4% son  
niveau pré-Covid (cf. graphique 2). Cela s’explique par une industrie  
positionnée sur les produits à haute valeur ajoutée comme les produits  
pharmaceutiques, les machines d’équipement, ou encore les éner-  
gies renouvelables (i.e. fabrication d’éoliennes). Selon les prévisions  
de l’OCDE, la croissance du PIB devrait rester solide en 2022 (+3,0%)  
malgré le contexte géopolitique. Si le Danemark est autosuffisant d’un  
point de vue énergétique, l’activité serait ralentie par la demande mon-  
diale moindre et la montée de l’inflation.  
Inflation, %  
Prévisions  
Croissance du PIB, %  
Prévisions  
5
.2  
4
.7  
3.9  
3.0  
2
.0  
1
.9  
1
.5  
1
.4  
Au-delà du cycle, la dynamique de l’activité danoise s’inscrit dans un  
processus d’amélioration du potentiel de croissance à long terme.  
2
021  
2022  
2023  
2024  
2021  
2022  
2023  
2024  
er  
Portée par un investissement très dynamique (+12,2% au 1 trimestre  
GRAPHIQUE 1  
SOURCES : OCDE, BNP PARIBAS  
2
022 au-dessus de son niveau d’avant crise), notamment dans la ré-  
novation de son parc immobilier et la digitalisation de l’économie, la  
nature de la croissance laisse penser que la productivité globale des  
facteurs pourrait en sortir renforcée.  
DANEMARK : PRODUCTION INDUSTRIELLE  
L’économie danoise est toutefois menacée à court terme, comme de  
nombreux pays européens, par la montée de l’inflation qui a atteint  
Production industrielle  
Trend pré-Covid (2010-2019)  
Trend post-Covid (2020-2022)  
indice T4-2019 = 100  
120  
+
7,4% en mai sur un an, un plus haut depuis juin 1984, alimentée par  
la flambée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Ces pres-  
sions inflationnistes pèsent sur le pouvoir d’achat des ménages dont  
le moral a très fortement décroché en mai pour atteindre son plus bas  
niveau historique (-22,4). Face à une inflation en pleine ascension, la  
Banque centrale du Danemark s’inscrit dans le sillage de la Banque  
centrale européenne en maintenant jusqu’ici ses taux inchangés (taux  
directeur à -0,6%), tout en durcissement progressivement son discours  
quant à la possibilité d’un resserrement monétaire courant 2022.  
110  
100  
90  
80  
70  
60  
Par ailleurs, la situation sur le front de l’emploi continue de s’amélio-  
rer avec un taux de chômage à 4,3% en avril, proche de ses points bas  
historiques, et un taux de participation au marché du travail qui conti-  
er  
nue d’augmenter (80,1% au 1 trimestre 2022). Le nombre d’emplois  
2006  
2008  
2010  
2012  
2014  
2016  
2018  
2020  
2022  
vacants évolue à son plus haut historique, signe que les pénuries de  
main-d’œuvre s’intensifient.  
GRAPHIQUE 2  
SOURCES : MACROBOND, BNP PARIBAS  
Sur le plan budgétaire, le gouvernement a resserré la vis dès 2021  
en dégageant un excédent à hauteur de 2,3% du PIB. La maîtrise des  
finances publiques devrait se poursuivre au cours des deux prochaines  
années. Cela permettrait d’effacer les séquelles de la crise en rame-  
nant le ratio de dette publique sur PIB à son niveau de 2019 (33,6%),  
après une augmentation de celui-ci de plus de 8 points en 2020 lors de  
la crise du Covid-19.  
Anthony Morlet-Lavidalie  
anthony.morletlavidalie@bnpparibas.com  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1811 articles et 362 vidéos