Graphiques de la semaine

La fin du pouvoir de négociation ?

22/11/2022

Le pic d’inflation semble avoir été atteint aux États-Unis en juin. La poursuite du mouvement et le rythme de la désinflation seront, en partie, dépendants de la diminution des tensions sur le marché du travail qui continuent de soutenir les salaires. En octobre, la légère augmentation du taux de chômage et le ralentissement des créations d’emplois salariés non agricoles pourraient bien indiquer le début d’une détente. Qu’en est-il de la dynamique des salaires ? D’après le Wage Growth Tracker de la Réserve fédérale d’Atlanta, un début de ralentissement s’esquisse.

Inflation et salaires aux États-Unis

Cet indicateur mesure, en moyenne mobile sur 3 mois, la variation médiane sur 12 mois du salaire horaire des personnes en emploi. Selon cet indicateur, un ralentissement des salaires semble se dessiner même s’il reste à confirmer. Après avoir atteint un pic en juillet et en août (6,7%), la progression des salaires s’est établie à 6,4% en octobre (contre 6,3% en septembre). Outre l’indication d’un début de ralentissement des salaires, cet indicateur donne une autre information intéressante sur la différence de dynamique des salaires selon que les personnes sont en poste (job stayers) ou ont changé d’emploi (job switchers)

Après une vigoureuse progression, le ralentissement des salaires des job switchers semble bien engagé (7,6% en octobre, en baisse continue depuis son pic à 8,5% en juillet). En revanche, du côté des salaires des job stayers, leur progression a légèrement rebondi en octobre (5,4%), venant interrompre une décélération entamée en juin (6,1%). Si cette tendance au ralentissement des salaires se confirme, ce qui est le plus probable, les employés pourraient être moins enclins à changer d’emploi pour des raisons salariales, ce qui pourraient réduire les tensions sur le marché du travail.

LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE