Edito

Réserve fédérale américaine : quand s’arrêtera le resserrement monétaire ?

05/11/2022

Quand la Réserve fédérale américaine cessera-t-elle de relever les taux des Fed funds ? La question est cruciale pour l’activité et la demande de l’économie américaine, mais aussi pour les marchés financiers. Lors de sa récente conférence de presse le président de la Fed Jerome Powell est resté vague sur la fonction de réaction du FOMC. Il a néanmoins indiqué qu’il examinerait les taux réels. Cela soulève la question de savoir quel outil de mesure permettra de comparer les taux nominaux et les taux réels. Une solution réside dans la structure par échéances des anticipations d’inflation, calculée par la Banque de la Réserve fédérale de Cleveland. Malgré sa hausse récente, le rendement réel à un an des bons du Trésor américain reste en dessous du niveau atteint lors des précédents cycles de resserrement monétaire, à l’exception de celui de 2018. Dans un contexte de forte inflation, le cycle actuel n’est donc pas près de prendre fin.

Quand la Réserve fédérale américaine cessera-t-elle de relever les taux des Fed funds ? La question est cruciale tant pour l’activité et la demande de l’économie américaine que pour les marchés financiers. Elle est tout aussi importante pour le reste du monde, compte tenu des répercussions internationales de la politique monétaire américaine.

Lors de sa récente conférence de presse, qui a suivi la réunion de politique monétaire et la nouvelle hausse des taux directeurs de 75 points de base, le président de la Fed Jerome Powell est resté vague sur la fonction de réaction du comité de politique monétaire (FOMC). « Nous tiendrons compte de l’ensemble des analyses et des données relatives à cette question, en nous fondant sur notre évaluation de l’ampleur du resserrement des conditions financières, des effets que ce resserrement a sur l’économie réelle et sur l’inflation, en prenant en considération les décalages… »1. Il a également indiqué que le FOMC examinerait les taux réels sur l’ensemble de la courbe des rendements obligataires, sans toutefois préciser comment ces taux seraient calculés.

Pour qui investit sur plusieurs années, le niveau actuel d’inflation ne veut pas dire grand-chose. Au moment de prendre sa décision, un investisseur regardera, en effet, la trajectoire d’inflation attendue sur toute la durée de vie de l’obligation qu’il envisage d’acheter.

STRUCTURE PAR TERME DES ANTICIPATIONS D'INFLATION

La comparaison entre le rendement d’une obligation nominale et celui d’un titre protégé contre l’inflation de même échéance est biaisée du fait de la prime de risque d’inflation. Cette prime compense le risque de variation de l’inflation par rapport au niveau initialement prévu. Une solution possible consiste à utiliser la structure par échéances des anticipations d’inflation, calculée par la Banque de la Réserve fédérale de Cleveland2, qui conjugue les données provenant de trois sources différentes : les prévisions du consensus économique Blue Chips – inflation à court terme attendue au cours des prochains trimestres –, les anticipations d’inflation au cours des dix prochaines années, issues de l’enquête des prévisionnistes professionnels (SPF) et les swaps d’inflation couvrant l’ensemble des échéances3.

Le graphique 1 montre l’évolution de la structure par échéances depuis le début de 2021. La remontée des anticipations d’inflation a été générale mais, alors qu’en 2021 on observait essentiellement un mouvement de hausse parallèle, cette année, les anticipations à court terme ont augmenté bien plus que celles à long terme. Il est important de noter que le resserrement de la politique monétaire a déjà entraîné un repli significatif des anticipations à court terme après le pic atteint en septembre.

INFLATION ATTENDUE À UN AN ET TAUX DES FONDS FÉDÉRAUX
RENDEMENT DES BONS DU TRÉSOR À UN AN ET TAUX DES FONDS FÉDÉRAUX

Quoi qu’il en soit, d’un point de vue historique, l’inflation attendue à un an se situe toujours dans le haut de la fourchette établie depuis le début des années 1990 (graphique 2). Par conséquent, malgré la hausse significative enregistrée récemment, le rendement réel des Treasuries à un an reste inférieur à celui atteint lors des précédents cycles de durcissement monétaire, à l’exception de 2018. Avec un rendement nominal à un an de 4,7 % à présent, le taux final – le pic cyclique du taux des fed funds – devrait être supérieur au niveau d’environ 5,0 %, actuellement intégré dans les prix du marché, pour que le rendement réel s’approche des plus hauts cycliques antérieurs.

Cette situation pourrait évoluer sous l’effet de deux facteurs : une baisse rapide des anticipations d’inflation – qui entraînerait une remontée du rendement réel – ou une approche plus patiente de la Réserve fédérale qui ne chercherait plus à pousser les taux réels à la hausse. Autrement dit, il faudrait soit une amélioration sur le front de l’inflation, soit une détérioration sur celui de l’économie, plus particulièrement sur le marché du travail, deux évolutions peu probables à court terme compte tenu de l’inertie de l’inflation et du rythme actuellement soutenu des créations d’emplois aux États-Unis.

William De Vijlder

RENDEMENT RÉEL À UN AN DES BONS DU TRÉSOR ET TAUX DES FONDS FÉDÉRAUX (HORS CYCLE ACTUEL)

Malgré sa hausse récente, le rendement réel à un an des bons du Trésor américain reste en dessous du niveau atteint lors des précédents cycles de resserrement. La Fed n'a donc pas fini d'agir.

1 Source : Réserve fédérale, Transcription de la conférence de presse du président Jerome Powell, 2 novembre 2022.

2 Voir Inflation Expectations (clevelandfed.org).

3 Pour une explication de la méthodologie économétrique, voir Inflation Expectations, Real Rates, and Risk Premia: Evidence from Inflation Swaps, Banque de la Réserve fédérale de Cleveland, document de travail 11-07, mars 2011. Pour une présentation générale, voir Joseph G. Haubrich, A New Approach to Gauging Inflation Expectations, Economic Commentary, Banque de la Réserve fédérale de Cleveland, août 2009.

Découvrir les autres articles de la publication

Baromètre
Indices PMI : La tendance fortement baissière des commandes se poursuit

Indices PMI : La tendance fortement baissière des commandes se poursuit

L’indice mondial des directeurs d’achat du secteur manufacturier s’est, une fois encore, inscrit en baisse en octobre, avec des chutes marquées aux États-Unis, dans la zone Euro, en Autriche, Allemagne, Grèce, Italie, Espagne, Suisse et au Royaume-Uni. La Chine a connu une amélioration, mais l’indice est néanmoins resté en deçà de 50. La tendance fortement baissière des entrées de commandes s’est poursuivie dans la zone Euro et ses pays membres, à l’exception de la France, où le déclin a été plus limité en octobre après la forte baisse enregistrée le mois précédent. Les commandes ont également connu une baisse marquée aux États-Unis – où le rebond de septembre n’a assurément pas duré – ainsi qu’au Royaume-Uni. La Chine a enregistré une certaine amélioration. L’Inde continue de bénéficier d’entrées de commandes vigoureuses.

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Crédit dans la zone euro : niveau record en septembre 2022, modération de la demande et resserrement des conditions attendus au t4

Crédit dans la zone euro : niveau record en septembre 2022, modération de la demande et resserrement des conditions attendus au t4

Négative durant la majeure partie de l’année 2021, l’impulsion du crédit est redevenue positive au début de 2022 et a accéléré jusqu’à atteindre des niveaux inédits (+3,8 points en août 2022, +3,7 points en septembre 2022) [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
L’emploi fait de la résistance

L’emploi fait de la résistance

Selon l’estimation préliminaire du Bureau of Economic Analysis (BEA), la croissance trimestrielle en rythme annualisé du PIB américain a très nettement rebondi au T3 [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Covid-19 : le nombre de nouveaux cas hebdomadaires sous la barre des 3 millions 

Covid-19 : le nombre de nouveaux cas hebdomadaires sous la barre des 3 millions 

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 continue de baisser dans la plupart des régions du monde [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Laurent QUIGNON
Equipe : Economie bancaire
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques