Baromètre

Bonnes nouvelles sur le front de l’emploi, mauvaises en matière d’inflation

20/02/2022

Les restrictions sanitaires instaurées pour maîtriser la vague Omicron semblent avoir eu un impact limité sur la croissance française au début de l’année 2022. De plus, la levée progressive de ces contraintes augure d’une ré-accélération. Ces perturbations sont survenues dans un contexte plutôt favorable, comme en témoigne la nouvelle hausse de l’emploi salarié dans le secteur privé, de 0,5% au 4e trimestre. Les créations nettes d’emplois en comparaison du niveau d’avant-Covid atteignent ainsi le chiffre de 300 000. Le taux de chômage a baissé à 7,4% et le taux d’emploi atteint un nouveau record historique, à 67,8%. Cette situation est un élément de soutien important pour le revenu des ménages, compensant jusqu’ici les effets d'une inflation plus élevée sur la confiance des ménages. De plus, ces derniers mois ont été marqués par une stabilisation relative de l’inflation, après la hausse des prix de l’énergie survenue en début d’automne dernier. Cette accalmie est un élément plutôt positif pour la croissance en ce début d’année 2022.

Toutefois, la perspective d’une accélération de l’inflation à partir de février ne fait guère de doute. En cause : la nouvelle hausse du prix du pétrole, celle de 4% du tarif de l’électricité et les signes d’une transmission croissante des hausses de coûts aux prix des biens manufacturés, alimentaires et des services. Ainsi, l’inflation (mesure nationale de l’INSEE) devrait franchir pour la première fois depuis septembre la barre des 3% et rester au-dessus de ce seuil tout au long de l’année 2022, avec une moyenne attendue à 3,5%, la plus élevée depuis 1989.

En parallèle, les exportations devraient rebondir, après une fin d’année difficile contribuant à la très nette détérioration du déficit commercial (EUR 85 mds en 2021, dont près de EUR 50 mds sur les biens manufacturés, un record). Au total, la croissance du PIB devrait ralentir au 1er trimestre autour de 0,5% t/t, affectée par davantage de chocs (Omicron, inflation).

Stéphane Colliac

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Pouvoir de fixation des prix des entreprises et perspectives d'inflation

Pouvoir de fixation des prix des entreprises et perspectives d'inflation

La question de la persistance d’une inflation élevée déterminera l’ampleur du resserrement monétaire nécessaire pour la maîtriser [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Les contraintes d’offre pèsent sur l’activité industrielle et la balance commerciale

Les contraintes d’offre pèsent sur l’activité industrielle et la balance commerciale

L’obstacle des élections présidentielles franchi, les préoccupations autour de l’économie italienne se sont centrées encore davantage sur les risques liés à l’envolée de l’inflation et à la normalisation à venir de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Les taux à dix ans sur les obligations d’État italiennes ont grimpé de près de 50 points de base depuis le début du mois de février, et le seuil des 2% pourrait être franchi très prochainement. 

LIRE L'ARTICLE
Calendrier Actualisés et Prévisionnels
Covid-19 : la décrue se poursuit dans le monde

Covid-19 : la décrue se poursuit dans le monde

16 millions de nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés entre le 9 et le 15 février. Un chiffre en baisse de 20% par rapport à la semaine précédente [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques