Perspectives

Des ressources budgétaires suffisantes pour financer la relance

e
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 4 trimestre 2020 (achevé de rédiger le 30 septembre 2020)  
1
8
PAYS-BAS  
DES RESSOURCES BUDGÉTAIRES SUFFISANTES POUR FINANCER LA RELANCE  
La contraction économique (-8,5 %) est moins importante que dans les pays voisins. Les données d’activité confirment  
un rebond au troisième trimestre malgré le poids des règles de distanciation sociale, en particulier dans les services.  
Grâce à de solides amortisseurs financiers, l’État est en mesure de supporter les coûts considérables entraînés par  
la pandémie de Covid-19. Selon les prévisions pour 2021, le déficit devrait s’élever à environ 5 % du PIB et la dette  
publique, dépasser à peine la barre des 60 %. La coalition de centre-droit perdra probablement la majorité lors des  
prochaines élections législatives en mars 2021. Dans l’hypothèse d’un bon score des socio-démocrates et des verts,  
la formation d’une «coalition pourpre» serait une option possible.  
REBOND APRÈS LE CONFINEMENT  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
L’activité économique s’est nettement contractée au T2, avec un repli  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
de 8,5 %, un taux qui soutient favorablement la comparaison avec  
les pays voisins l’Allemagne (-9,7 %) et la Belgique (-12,1 %), où les  
mesures de confinement ont été plus strictes. Depuis le mois de mai,  
le climat économique s’est progressivement amélioré, en phase avec  
la levée des restrictions liées au confinement. Cependant, l’indicateur  
du sentiment économique, en hausse depuis mai, est resté inférieur  
de 5 % à sa moyenne de long terme. Les données d’activité confirment  
le redressement progressif de l’économie. En juillet, la production  
industrielle était en repli de près de 6 % en glissement annuel, contre  
Prévisions  
5
.0  
3.5  
2
.7  
2
.4  
3.0  
1
.7  
1.6  
1.6  
1
.2  
1.0  
-1.0  
-
-
3.0  
5.0  
-
12 % en avril-mai. Dans certains services, les règles de distanciation  
sociale ont empêché la réouverture des entreprises ou ralenti  
leur activité. Au T2, le chiffre d’affaires du secteur de l’hôtellerie-  
restauration a chuté de 60 % en g.a. En revanche, les ventes au détail  
sont en forte hausse depuis la réouverture des magasins. En juillet, les  
ventes en volume avaient progressé de 7 % en g.a.  
-
5.4  
-7.0  
2018  
2019  
2020  
2021  
2018  
2019  
2020  
2021  
GRAPHIQUE 1  
SOURCES : COMMISSION EUROPÉENNE, BNP PARIBAS  
Le plan d’urgence, lancé en mars par le gouvernement pour protéger  
l’emploietlesentreprises, adémontrésonefficacité. Letauxdechômage  
a légèrement augmenté pour atteindre 4,5 %, soit un point de plus  
qu’avant la crise, grâce à un large recours aux dispositifs de chômage  
partiel (NOW) et de soutien aux revenus des travailleurs indépendants  
2
,2 % en 2020. Les ménages des classes moyennes et ceux avec enfants  
devraient, notamment, en bénéficier. Enfin, le gouvernement a annoncé  
la création d’un fonds national de croissance pour le développement  
des connaissances, les infrastructures, la recherche et l’innovation.  
Une commission indépendante sera chargée d’approuver les projets  
concernés. Le Fonds sera doté d’un montant total de EUR 20 mds pour  
la période 2021-2026, dont EUR 1 md sera dépensé en 2021.  
(
TOZO). Sur la période juin-août, 1,4 million de travailleurs en ont  
bénéficié, soit 16 % de la population active.  
LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE RESTE TRÈS ACCOMMODANTE  
INCERTITUDE POLITIQUE EN PERSPECTIVE  
Grâce à d’importants amortisseurs financiers, le gouvernement est en  
mesure de faire face aux coûts substantiels entraînés par la pandémie  
de Covid-19. Les mesures discrétionnaires et les stabilisateurs  
automatiques pourraient avoir un impact négatif de près de EUR 70 mds  
Il sera difficile de former un gouvernement à l’issue des prochaines  
législatives de mars 2021. Selon les résultats des sondages, le VVD  
(
libéraux-conservateurs), parti du Premier ministre Mark Rutte restera  
(
ou 8,7 % du PIB) sur les finances publiques. En conséquence, le déficit  
la formation la plus importante, mais la coalition de centre-droit au  
pouvoir n’aura plus la majorité. De plus, les partis d’extrême droite  
budgétaire devrait s’élever à 7,6 % du PIB en 2020. La dette, qui  
comprend également les prêts directs et les reports de paiement de  
l’impôt, pourrait augmenter aux environs de 60 % du PIB contre 49 %  
en 2019.  
(
PVV et FvD) devraient remporter environ 25 % des voix. Si les socio-  
démocrates et les verts font un bon score, le retour d’une «coalition  
pourpre» – sans les chrétiens-démocrates – serait une option possible.  
En septembre, le gouvernement a présenté son budget pour 2021. La La formation d’un nouveau gouvernement pourrait prendre du temps.  
situation économique impose une politique budgétaire très accommo-  
dante. Cependant, avec la fin de certaines mesures discrétionnaires, le  
déficit prévu (5 % du PIB) devrait être légèrement inférieur à celui de  
2
020. La dette devrait néanmoins continuer à augmenter à 62 % du PIB.  
Les ménages vont bénéficier de réductions d’impôts, décidées avant  
l’épidémie de Covid-19. Le secteur des entreprises, en revanche, sera  
confronté à une hausse de la fiscalité avec la fin des mesures de soutien  
et l’abandon du projet de réduction du taux d’imposition des sociétés.  
En 2021, le pouvoir d’achat augmentera en moyenne de 0,8 %, contre  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2538 articles et 654 vidéos