Baromètre

Derrière la décélération générale, les prix s’envolent dans l’alimentation

15/05/2022

Les derniers chiffres d’inflation offrent un très léger répit au gouvernement espagnol. Après avoir frôlé les 10% en glissement annuel en mars (9,8%), la hausse des prix à la consommation a ralenti en avril (8,4%). Les mesures prises par les autorités afin d’endiguer l’augmentation des prix de l’énergie (principalement via des subventions et des baisses de taxes) ont eu un effet positif.

ESPAGNE : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

Néanmoins, le renchérissement des produits alimentaires s’intensifie (+10,1% a/a en avril). De plus, leur contribution à l’inflation (1,98 point de pourcentage) atteint désormais le même niveau que les autres postes de dépenses liés à l’énergie, à savoir les transports (1,98 pp), l’électricité, le gaz et autres combustibles (2,30 pp). En effet, si l’inflation des produits alimentaires reste inférieure à ces deux postes énergétiques (12,3% et 35,2% respectivement pour les transports et électricité, gaz et autres combustibles), elle pèse davantage dans le panier des ménages (19,5% contre 15,4% et 6,5%).

Par ailleurs, la croissance du PIB réel pour le T1 2022 (+0,3% t/t) a été inférieure aux attentes, un résultat imputable à la consommation finale des ménages qui s’est contractée de 2,5% t/t, freinée par l’empilement de facteurs défavorables (hausse de l’inflation, guerre en Ukraine, grève des transporteurs routiers ayant perturbé l’approvisionnement des commerces). Les variations de stocks ont également contribué négativement à la croissance. Néanmoins, l’investissement (+3,4% t/t) et surtout les exportations de services (+10,5% t/t) ont augmenté sensiblement. Le rebond de l’activité touristique (comptabilisée dans les exportations de services) constituera un moteur de croissance important cette année. La levée quasi-généralisée des restrictions sanitaires en Europe soutiendra l’activité ainsi que l’emploi durant la saison estivale.

Par ailleurs, l’office pour l’emploi espagnol (SEPE) indique, dans son rapport d’avril, une accélération importante des embauches dans l’hôtellerie, l’un des secteurs bénéficiant le plus de la disparition des contraintes sanitaires. Le nombre total d’emplois dans le pays a progressé en variation mensuelle de 33?200 m/m en avril. La nouvelle loi sur le droit du travail, entrée en vigueur cette année, continue de porter ses fruits puisque les embauches en contrat à durée indéterminée ont enregistré une nouvelle augmentation importante en avril (+ 311 100 en avril et +669 710 depuis le début de l’année).1 À l’inverse, les contrats temporaires ont chuté de 322 170. Malgré les bons résultats sur le front de l’emploi, le taux de chômage est reparti légèrement à la hausse au T1 (+0,3 point, à 13,5%) en raison d’un accroissement de la population active.

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Inflation et soutenabilité de la dette publique

Inflation et soutenabilité de la dette publique

La hausse de l’inflation semble être, de prime abord, une bonne chose pour les gouvernements [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La production industrielle décroche, l’excédent commercial à un plus bas historique

La production industrielle décroche, l’excédent commercial à un plus bas historique

Bien que l’Allemagne ait retrouvé le chemin de la croissance au 1er trimestre 2022, avec un PIB qui a progressé de +0,2 % (t/t) d’après la première estimation publiée par l'Office fédéral de la statistique (Destatis), le mois de mars porte déjà les séquelles du conflit russo-ukrainien et des confinements stricts dans plusieurs régions de Chine. La production industrielle, dont le secteur représente 24 % du PIB allemand, s’est fortement repliée au mois de mars (–4,6 % m/m) après une croissance quasi-nulle en février. Elle reste très éloignée du son niveau d’avant-crise (T4 2019), à –5,2 %. Pire, cette nette baisse sur le dernier mois du 1er trimestre constitue un acquis de croissance nettement négatif pour le 2e trimestre à –3 %.

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre

Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre

L’inflation continue de se diffuser aux différents postes de l’indice des prix à la consommation [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Faible croissance et risque de récession

Faible croissance et risque de récession

La croissance britannique s’est élevée à 0,8% t/t au T1 2022, portant le PIB légèrement au-dessus (0,7 point) de son niveau pré-Covid-19 (T4 2019) mais elle déçoit les attentes (1%) [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La fréquentation des commerces à son niveau pré-pandémique dans (presque) tous les pays développés

La fréquentation des commerces à son niveau pré-pandémique dans (presque) tous les pays développés

La tendance baissière du nombre de nouveaux cas de Covid-19 se poursuit dans la plupart des régions du monde [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques