Baromètre

Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre

15/05/2022

L’inflation continue de se diffuser aux différents postes de l’indice des prix à la consommation. La composante «énergie» a légèrement reflué en avril (-2,5% m/m), après la mise en œuvre de la ristourne gouvernementale sur le carburant, mais cette baisse a été plus que compensée par l’accélération des prix des autres postes de consommation.

FRANCE : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

Les prix alimentaires, singulièrement, ont progressé de 1,4% m/m en avril, une ampleur inédite depuis 20 ans (c’est-à-dire ni en 2007-08 ou en 2011, lors de précédentes vagues de hausse des prix alimentaires). Ce poste est le principal contributeur (0,2 point) à l’inflation mensuelle (+0,4% m/m). Sur un an, l’inflation atteint 4,8% selon l’indice de l’Insee (5,4% selon l’indice harmonisé, en hausse de 0,3 point par rapport à mars pour les deux mesures) et elle reste essentiellement énergétique (contribution de 2,3 points de la composante «énergie»).

Or, cette inflation devrait continuer de s’accroître dans les prochaines semaines, pour atteindre un pic à 5,5% a/a en juillet (indice Insee), selon nos prévisions. Ceci est parfaitement anticipé par les ménages, dont le solde d’opinion sur les perspectives d’évolution des prix est très élevé depuis 2 mois. Il en résulte une problématique de pouvoir d’achat qui ne devrait pas s’éteindre immédiatement. En effet, les mesures correctrices interviendront avec un petit décalage dans le temps?: en mai, pour la hausse du SMIC (+2,65%), ou après les législatives (soit probablement début juillet) pour les hausses promises des traitements des fonctionnaires, des pensions de retraite et le versement d’un chèque alimentation.

La probabilité d’un nouveau repli de la consommation des ménages au 2e trimestre, que nous estimons à -0,7% t/t (après -1,3% au 1er trimestre), est donc conséquente. L’acquis de croissance à fin mars pour le 2e trimestre est négatif sur des postes de consommation qui représentent à eux trois les deux-tiers de la consommation des ménages en biens : -1,7% pour l’alimentation, -1,4% pour l’automobile et -1,2% pour l’énergie. Étant donné les prix élevés dans l’alimentation et l’énergie, ainsi que la nouvelle baisse de la production automobile (-4,5% t/t au T1, maintenant inférieure d’un tiers à son niveau d’avant-Covid), un rebond est peu probable.

Dans ce contexte de demande des ménages en berne (l’investissement des ménages baisse également), il est probable que l’investissement des entreprises (+0,7% t/t) et les variations de stocks (contribution de +0,4 point), deux éléments très favorables à la croissance au 1er trimestre, soient moins présents au 2e trimestre. Après une croissance nulle au 1er trimestre, nous anticipons une très légère hausse du PIB de 0,1% t/t au 2e, une prévision un peu plus basse que celles de l’Insee (0,25% t/t) et de la Banque de France (0,2% t/t).

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Inflation et soutenabilité de la dette publique

Inflation et soutenabilité de la dette publique

La hausse de l’inflation semble être, de prime abord, une bonne chose pour les gouvernements [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La production industrielle décroche, l’excédent commercial à un plus bas historique

La production industrielle décroche, l’excédent commercial à un plus bas historique

Bien que l’Allemagne ait retrouvé le chemin de la croissance au 1er trimestre 2022, avec un PIB qui a progressé de +0,2 % (t/t) d’après la première estimation publiée par l'Office fédéral de la statistique (Destatis), le mois de mars porte déjà les séquelles du conflit russo-ukrainien et des confinements stricts dans plusieurs régions de Chine. La production industrielle, dont le secteur représente 24 % du PIB allemand, s’est fortement repliée au mois de mars (–4,6 % m/m) après une croissance quasi-nulle en février. Elle reste très éloignée du son niveau d’avant-crise (T4 2019), à –5,2 %. Pire, cette nette baisse sur le dernier mois du 1er trimestre constitue un acquis de croissance nettement négatif pour le 2e trimestre à –3 %.

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Derrière la décélération générale, les prix s’envolent dans l’alimentation

Derrière la décélération générale, les prix s’envolent dans l’alimentation

Les derniers chiffres d’inflation offrent un très léger répit au gouvernement espagnol. Après avoir frôlé les 10% en glissement annuel en mars (9,8%), la hausse des prix à la consommation a ralenti en avril (8,4%) [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Faible croissance et risque de récession

Faible croissance et risque de récession

La croissance britannique s’est élevée à 0,8% t/t au T1 2022, portant le PIB légèrement au-dessus (0,7 point) de son niveau pré-Covid-19 (T4 2019) mais elle déçoit les attentes (1%) [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La fréquentation des commerces à son niveau pré-pandémique dans (presque) tous les pays développés

La fréquentation des commerces à son niveau pré-pandémique dans (presque) tous les pays développés

La tendance baissière du nombre de nouveaux cas de Covid-19 se poursuit dans la plupart des régions du monde [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques