Baromètre

La production industrielle décroche, l’excédent commercial à un plus bas historique

15/05/2022

Bien que l’Allemagne ait retrouvé le chemin de la croissance au 1er trimestre 2022, avec un PIB qui a progressé de +0,2% (t/t) d’après la première estimation publiée par l'Office fédéral de la statistique (Destatis), le mois de mars porte déjà les séquelles du conflit russo-ukrainien et des confinements stricts dans plusieurs régions de Chine. La production industrielle, dont le secteur représente 24% du PIB allemand, s’est fortement repliée au mois de mars (-4,6% m/m) après une croissance quasi-nulle en février.

ALLEMAGNE : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

Elle reste très éloignée du son niveau d’avant-crise (T4 2019), à –5,2%. Pire, cette nette baisse sur le dernier mois du 1er trimestre constitue un acquis de croissance nettement négatif pour le 2e trimestre à –3%. Parmi les facteurs limitant fortement la production, selon l’enquête trimestrielle dans l’industrie de la Commission européenne, les chefs d’entreprises sont 90% au 1e trimestre à mentionner des difficultés d’approvisionnement en intrants contre moins de 6% en temps normal1 et ces facteurs limitants resteraient prégnants au 2e trimestre (77%). Le manque de personnel est également un frein à la production pour 38% des entreprises dans un contexte de marché du travail tendu.

La baisse de l’activité industrielle s’est accompagnée d’un repli des exportations de –3,3% (m/m) au mois de mars, tandis que les importations sont restées dynamiques (+3,4% m/m). La résultante de cet « effet ciseau » est que l’excédent commercial allemand s’est très fortement réduit, à EUR 3,2 mds (après EUR 11,1 mds), et retrouve son plus bas niveau observé durant le premier confinement en avril 2020 (EUR 3,5 mds). Le contexte géopolitique a fait chuter les exportations en direction de la Russie (–62,3% m/m) contrairement aux importations, qui n’ont que légèrement baissé (–2,4% m/m), reflet de la dépendance énergétique allemande. Entre le conflit russo-ukrainien et les mesures anti-Covid hautement restrictives en Chine, la demande mondiale adressée à l’Allemagne est en net retrait : les nouvelles commandes venues de l’étranger en mars ont reculé pour le deuxième mois consécutif (–6,7% m/m) et la chute est encore plus marquée concernant les nouvelles commandes venant de pays en dehors de la zone euro (-13,2% m/m).

Les perspectives pour l’Allemagne restent négatives pour le 2e trimestre 2022. L’inflation a atteint un niveau record depuis la réunification de l'Allemagne en 1990, à 7,4% en avril sur un an. Il faut remonter à octobre 1981 en Allemagne de l’Ouest, durant la guerre irano-irakienne, pour retrouver des rythmes d’inflation semblables. Les analystes interrogés par le ZEW pour le mois de mai estiment que l’activité récente s’est nettement dégradée en Allemagne : l’indicateur évaluant la situation actuelle perd –5,7 points, à –36,5. Si l'indicateur portant sur les prochains mois s’est redressé (+6,7 points), il reste nettement en territoire négatif (–34,3).

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Inflation et soutenabilité de la dette publique

Inflation et soutenabilité de la dette publique

La hausse de l’inflation semble être, de prime abord, une bonne chose pour les gouvernements [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre

Vers une nouvelle contraction de la consommation des ménages au 2e trimestre

L’inflation continue de se diffuser aux différents postes de l’indice des prix à la consommation [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Derrière la décélération générale, les prix s’envolent dans l’alimentation

Derrière la décélération générale, les prix s’envolent dans l’alimentation

Les derniers chiffres d’inflation offrent un très léger répit au gouvernement espagnol. Après avoir frôlé les 10% en glissement annuel en mars (9,8%), la hausse des prix à la consommation a ralenti en avril (8,4%) [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Faible croissance et risque de récession

Faible croissance et risque de récession

La croissance britannique s’est élevée à 0,8% t/t au T1 2022, portant le PIB légèrement au-dessus (0,7 point) de son niveau pré-Covid-19 (T4 2019) mais elle déçoit les attentes (1%) [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La fréquentation des commerces à son niveau pré-pandémique dans (presque) tous les pays développés

La fréquentation des commerces à son niveau pré-pandémique dans (presque) tous les pays développés

La tendance baissière du nombre de nouveaux cas de Covid-19 se poursuit dans la plupart des régions du monde [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques