Graphiques de la semaine

Nette détérioration de la balance courante en 2022

15/11/2022

La Roumanie affiche un solde courant structurellement déficitaire depuis plusieurs années. Cette année, le déficit devrait se dégrader et pourrait avoisiner 10% du PIB après s’être établi à -7,3% en 2021. Sur les neuf premiers mois de l’année, il a déjà atteint EUR 20,2 mds, dépassant largement le chiffre observé pour l’ensemble de l’année 2021. Il s’agit du déficit le plus élevé au sein des pays d’Europe centrale.

Roumanie : solde courant

La principale raison est la détérioration du solde énergétique qui a atteint EUR -4,5 mds en cumul sur la période janvier-juillet selon les derniers chiffres. Les importations de biens alimentaires, ainsi que celles des biens industriels y ont aussi contribué mais dans une moindre mesure. En revanche, les importations de biens de consommation durables sont restées en berne.

Les exportations étaient encore relativement dynamiques (+26,2% en g.a. par rapport à janvier-septembre 2021) mais insuffisantes pour empêcher le creusement du déficit commercial (EUR 23,8 mds de janvier à septembre 2022). Quant à la balance des revenus primaires, elle s’est dégradée. En revanche, la balance des services est restée excédentaire et n’a permis d’atténuer le déficit commercial qu’à la marge.

Pour autant, la dégradation du solde courant ne s’est pas traduite par une montée de la perception du risque à en juger par la légère appréciation du leu roumain vis-à-vis de l’euro depuis janvier 2022. La Roumanie a même enregistré des flux nets d’investissements de portefeuille positifs sur les trois premiers trimestres dans un contexte de sorties de ce type de capitaux dans un certain nombre de pays émergents. Le financement du solde courant ne pose pas de problème majeur. Il serait majoritairement couvert par les flux d’investissements directs étrangers (IDE), composante stable des flux de capitaux et les fonds européens. Les IDE ont atteint EUR 6,2 mds sur les neuf premiers mois de l’année. Les IDE et les fonds européens permettraient de combler environ 55% du déficit attendu en 2022.

LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
Cynthia  Kalasopatan Antoine
Equipe : Risque pays