Baromètre

Atterrissage

28/11/2021

Si, face à l’épidémie de coronavirus, l’État britannique n’a pas manqué de volontarisme (20 points de PIB ont été directement transférés dans l’économie pour faire face à la crise sanitaire, le double de la moyenne européenne), il figure aussi parmi les premiers à avoir décrété la fin du « quoi qu’il en coûte ». En octobre, les principaux dispositifs de maintien dans l’emploi - le Coronavirus Job Retention Scheme (CJRS) et le Selfemployed Income Support Scheme (SEISS) - disparaissaient. Environ 1,5 million de Britanniques jusqu’alors en « congés » dans les entreprises effectuent donc leur retour sur le marché du travail, ce qui pourrait avoir pour conséquence de faire remonter le taux chômage (tombé à 4,3% en août dernier). Avec les aides à l’emploi, expirent aussi la bonification de 20 livres par semaine du crédit universel (universal credit), la TVA réduite sur l’hôtellerie-restauration ou encore l’abattement spécial appliqué aux droits de mutation.

Sans surprise, le nombre des transactions immobilières rechute en octobre, tandis que, d’une manière générale, les indices de la conjoncture apparaissent moins euphoriques. La confiance ainsi que la consommation des ménages, jusqu’ici principal moteur du rattrapage économique, marquent le pas. L’évolution sur trois mois glissants des ventes au détail indique clairement une tendance négative concernant les achats de biens, ceux d’automobiles surtout. Portée par le relèvement des tarifs réglementés de l’énergie, l’inflation accélère, ce qui a pour effet d’écorner le pouvoir d’achat des salaires, en particulier les plus faibles. À 4,2% sur un an en octobre, la hausse des prix s’éloigne de plus en plus de la cible de 2% assignée à la Banque d’Angleterre, qui pourrait donc être contrainte d’agir. À en croire les anticipations du marché, son principal taux directeur, actuellement fixé à 0,10%, serait relevé de 15 points de base à l’occasion de la prochaine réunion du Comité de politique monétaire, prévue le 16 décembre prochain.

ROYAUME-UNI : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Inflation élevée, optionalité et patience de la banque centrale

Inflation élevée, optionalité et patience de la banque centrale

La BCE insiste sur l’importance de faire preuve de patience avant d’envisager un resserrement monétaire malgré l’inflation actuellement élevée. D’après elle, l’inflation reculera l’année prochaine et il n’y aura pas de spirale salaires-prix [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
L’impulsion du crédit demeure négative au T3 malgré le rebond de la demande de financements

L’impulsion du crédit demeure négative au T3 malgré le rebond de la demande de financements

En septembre 2021, la légère accélération des encours de prêts aux sociétés non financières (SNF) dans la zone euro (+2,1% sur un an, contre +1,9% en juin) a interrompu la dégradation de l’impulsion du crédit bancaire (qui reflète la variation, sur un an, de la croissance annuelle de l’encours). Cette dernière demeure toutefois négative (-1,4% en septembre 2021, après -1,9% en juin) en raison d’un fort effet de base.   

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Covid-19 : un rappel vaccinal pour faire face à la situation sanitaire

Covid-19 : un rappel vaccinal pour faire face à la situation sanitaire

3,82 millions de nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés à l’échelle mondiale entre le 18 et le 24 novembre, soit une hausse de 11% par rapport à la semaine précédente [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Céline CHOULET
Equipe : Economie bancaire
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques