Perspectives

Une croissance faible plutôt qu’une récession

e
Eco Perspectives // 2 trimestre 2022  
economic-research.bnpparibas.com  
9
FRANCE  
UNE CROISSANCE FAIBLE PLUTÔT QU’UNE RÉCESSION  
L’inflation a continué de croître début 2022 jusqu’à peser très fortement sur la confiance des ménages français à  
partir de mars. Cette problématique de pouvoir d’achat augure d’un repli de la consommation. Le soutien budgétaire  
a permis de limiter la hausse de l’inflation (de près de 2 points de pourcentage en avril), autorisant le maintien d’une  
croissance légèrement positive (0,3% pour le T1 et 0,1% pour le T2 selon nos prévisions).  
La conjoncture française est marquée, depuis début 2021, par une  
succession de vents porteurs et de vents contraires, qui lui confèrent  
un caractère plus incertain. La recrudescence de l’épidémie de  
Covid-19 a d’abord pesé sur les services, de décembre à janvier, avec le  
renforcement des restrictions sanitaires. Leur levée, à partir de février,  
a entraîné un rebond de l’indice de confiance dans les services, laissant  
présager d’un retour au rythme d’activité soutenu de l’automne 2021.  
Toutefois, le choc lié au conflit russo-ukrainien est venu fragiliser cette  
dynamique, renforçant la tendance à l’accélération de l’inflation avec la  
hausse du coût du carburant dès mars. Un phénomène qui continuera à  
CROISSANCE ET INFLATION  
Croissance du PIB  
Inflation  
Prévisions  
.3  
8
6
4
2
0
2
4
6
8
7.0  
Prévisions  
5
3.2  
2
.5  
2.5  
2
.1  
0
.5  
e
se matérialiser au 2 trimestre, et qui tient à des effets de second tour  
-
-
-
-
sur les biens manufacturés, les services et l’essentiel de l’alimentation.  
LES MÉNAGES ANTICIPENT LA POURSUITE DE L’INFLATION  
La confiance des ménages s’est repliée de 6 points au mois de mars  
-
8.0  
2
022 par rapport à février selon l’Insee, une baisse d’une ampleur  
-10  
2020  
2021  
2022  
2023  
2020  
2021  
2022  
2023  
qui n’a été atteinte ou dépassée que lors de la récession de 1993 ou  
du confinement d’avril 2020. Le jugement des ménages sur l’inflation  
passée est dégradé en mars, mais évolue peu par rapport à février.  
A contrario, ils sont désormais nettement plus nombreux à anticiper  
une poursuite de la hausse des prix dans les 12 prochains mois, avec  
une balance de réponses qui se détériore de 50 points en mars pour  
atteindre son record historique. Un choc que les ménages espéraient  
ponctuel est remplacé dans leur esprit par un phénomène plus durable,  
avec un impact probable sur leurs dépenses. Selon nos estimations, le  
poids des dépenses en énergie (logement et transports) devrait ainsi  
atteindre en 2022 10,3% de la consommation des ménages (selon un  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
destinées aux entreprises (prise en charge de la moitié du surcoût en  
énergie pour les entreprises dont les dépenses en énergie dépassent  
3
% du chiffre d’affaires (CA), plafond des prêts garantis par l’État relevé  
de 25% à 35% du CA, mesures sectorielles ciblées).  
LES ENTREPRISES OPTENT POUR LA PRUDENCE  
scénario de maintien du prix du baril de pétrole au dessus de 100 USD/ L’enquête réalisée par l’AFTE et le Rexecode sur la trésorerie des  
baril tout au long de 2022), une proportion plus atteinte depuis 1986.  
entreprises montre que les tensions inflationnistes pèsent aussi sur ces  
dernières, avec une détérioration du solde d’opinion sur leur trésorerie  
d’exploitation de 12 points en mars. Les enquêtes de l’Insee sur le  
climat des affaires soulignent également que les entreprises sont de  
façon croissante contraintes de transmettre leurs hausses de coûts à  
leurs prix de vente, singulièrement dans les biens à destination des  
ménages (dont l’alimentation).  
Le soutien budgétaire est important pour atténuer le choc. Sans ce  
soutien, la part des dépenses en énergie s’approcherait ponctuellement  
du record absolu de 11,6% enregistré lors de la vague de froid du début  
e
1
985. Le gain de pouvoir d’achat de 0,8% t/t observé au 4 trimestre  
021 correspond aux trois-quart à l’indemnité inflation de 100 euros  
2
versée à près de 23 millions de Français fin 2021 (elle devait intervenir  
début 2022 pour les 15 autres millions d’entre eux concernés par la L’impact anticipé du choc d’inflation sur la consommation des ménages  
mesure).  
ajoute aux difficultés que les entreprises rencontrent, les conduisant  
à prévoir de revoir leur production à la baisse, singulièrement dans  
l’automobile, la chimie et l’informatique/électronique. L’incertitude  
sur la demande étrangère et sur la sécurité des approvisionnements  
industriels en énergie et en métaux ajoute à ces motifs de prudence.  
Ce soutien aux ménages passe également par le gel des tarifs  
reglémentés du gaz (depuis octobre 2021, récemment prolongé jusqu’à  
fin 2022) et de l’électricité (jusqu’à fin 2022, après une hausse limitée  
à 4% en février), ainsi que la réduction de 18 centimes par litre de  
er  
carburant applicable du 1 avril au 31 juillet (avec un effort additionnel La croissance devrait donc marquer le pas, à 0,3% t/t au T1 (après 0,7%  
à la discrétion des détaillants). Sans ces mesures, l’inflation serait t/t au T4 2021) et 0,1% t/t au T2 selon nos estimations, le soutien de la  
supérieure de près de 2 points de pourcentage (1,5 point selon un politique économique atténuant le choc de prix, ce qui permet d’éviter  
calcul au mois de février de l’Insee concernait le gaz et l’électricité, la récession à court terme. Notre prévision de croissance pour 2022  
0
,5 point concerne selon nos estimations le carburant à partir d’avril) est revue à la baisse de 1 point de pourcentage, à 3,2% en moyenne  
annuelle.  
à ce qu’elle devrait être au mois d’avril (4,7% selon nos prévisions).  
Achevé de rédiger le 4 avril 2022  
Cela réduit d’autant la ponction sur le pouvoir d’achat des ménages au  
prix d’un coût global net pour les finances publiques que nous estimons  
à EUR 21,5 mds (soit 26 mds de mesures supplémentaires compensées  
par des recettes additionnelles de 4,5 mds). Sont inclues les mesures  
Stéphane Colliac  
stephane.colliac@bnpparibas.com  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 1785 articles et 354 vidéos