Eco Perspectives

Italie : ralentissement dans un scénario plus incertain

14/04/2022

Au T4 2022,le PIB réel a crû de 0,6%, après une hausse de +2,7% au T2 et +2,5% au T3. Le ralentissement a été général. L’activité dans l’industrie manufacturière a stagné et les services ont pâti de l’augmentation des cas de Covid. L’envolée d’une l’inflation, plus persistante que prévu, nourrit l’incertitude. En mars 2022, l’indice des prix à la consommation a grimpé de 6,7% en g.a. La détérioration de l’environnement économique n’a pas encore affecté le marché du travail. Entre décembre 2021 et février 2022 , la population active s’est accrue ( + 100000 personnes), retrouvant quasiment son niveau de pré-pandémie. Dans les prochains mois, l’économie devrait bénéficier de l’allégement des restrictions sanitaires, mais subira l’impact négatif de la crise internationale, qui, selon les estimations devrait entraîner un ralentissement de la croissance au T1 comme au T2.

Un scenario plus incertain

En 2021, l’activité économique italienne a presque entièrement rattrapé la chute enregistrée l’année précédente, progressant de 6,6% contre -9% en 2020. Le profil trimestriel du PIB a reflété l’évolution de la pandémie, la persistance des perturbations dans les approvisionnements et la flambée des prix de l’énergie : après une accélération au cours de l’été (+2,7% t/t au T2 +2,5% au T3), l’activité a accusé un ralentissement significatif au T4 (+0,6%). Cette décélération a concerné tous les secteurs : stagnation de l’industrie manufacturière, impact de la hausse des cas de Covid sur les services, avec une reprise du tourisme toujours décevante. La consommation privée, principal moteur de la croissance au T2 et au T3, est restée inchangée au T4, tandis que l’investissement a progressé de près de 3%. Sur la période d’octobre à décembre, les exportations nettes ont amputé la croissance totale de 1%, les importations ayant augmenté davantage que les exportations.

CROISSANCE ET INFLATION

L’année 2022 a commencé sur fond d’essoufflement de la dynamique économique. En janvier, la production manufacturière a reculé de près de 3,5% m/m. La confiance des entreprises comme celle des consommateurs s’est dégradée et la consommation a marqué le pas, la hausse de l’inflation entamant le pouvoir d’achat des ménages. Dans les prochains mois, l’économie devrait bénéficier de l’allégement des restrictions sanitaires, mais elle pâtira de l’impact négatif de la crise internationale, qui devrait freiner la croissance du PIB au T1 comme au T2.

Augmentation de l'inflation

En Italie, la hausse du taux d’une inflation plus persistante que prévu nourrit l’incertitude. En mars 2022, l’indice national des prix à la consommation a progressé de 1,2% m/m et de 6,7% en g.a. (contre +5,7% en février). L’augmentation annuelle est principalement due à celle des prix de l’énergie (de +45,9% en février à +52,9%), ainsi que, dans une moindre mesure, à celle des produits alimentaires transformés (de +3,1% à +4,0%) et des produits alimentaires non transformés (de +6,9% à +8,0%). La hausse des prix dans les services liés aux transports a ralenti (de +1,4% à +1,0%). En mars, l’inflation sous-jacente a augmenté de 2,0% en g.a. (contre +1,7% en février). Le taux annuel de variation des prix des biens s’est inscrit à +10,2% (+8,6% en février) tandis que celui des services s’est établi à +1,8%. En conséquence, l’écart d’inflation entre les biens et les services s’est creusé à -8,4 points de pourcentage (contre -6,8 en février). En mars 2022, l’indice italien des prix à la consommation harmonisé a augmenté de 2,6% m/m et de 7,0% en g.a..

L’incertitude n'a pas affecté le marché du travail

La détérioration du paysage économique, due aux tensions géopolitiques et à la persistance de l’inflation, n’a pas encore eu d’impact sur le marché du travail. D’après les données les plus récentes, entre décembre 2021 et février 2022, le marché du travail a compté 100000 actifs de plus, tandis que le nombre des chômeurs et celui des inactif sont, respectivement, baissé de 98000 et de 87000. Les données corrigées des variations saisonnières montrent qu’en février 2022, le nombre de personnes occupant un emploi était inférieur de 92000 à celui de décembre 2019 (avant que la pandémie ne frappe l’Italie), soit un net redressement par rapport au déficit d’emplois maximum de 986000, enregistré en juin 2020. L’écart par rapport au niveau d’emploi de décembre 2019 est presque entièrement dû à la composante féminine.

La reprise du marché du travail après la pandémie a essentiellement été favorable aux seniors : en février 2022, les actifs occupés de plus de 50 ans étaient 279000 de plus qu’en décembre 2019, tandis qu’à la même période, ceux âgés de 35 à 49 ans étaient environ 421000 de moins.

Sur la même période, le chiffre des actifs a progressé de 78000, mais avec de fortes disparités selon le statut occupé : en effet, le nombre de salariés en contrat à durée déterminée (CDD) a augmenté d’environ 146?000, tandis que les chiffres des salariés en contrat à durée indéterminée (CDI) et celui des travailleurs indépendants ont reculé, respectivement, de 67000 et de 170000. Par rapport à la période antérieure à la pandémie, la part des travailleurs indépendants par rapport au nombre total de personnes pourvues d’un emploi a légèrement diminué (de 29% à 28%).

Découvrir les autres articles de la publication

Global
La résilience économique à l’épreuve de chocs multiples

La résilience économique à l’épreuve de chocs multiples

De multiples chocs mettent à l’épreuve la résilience de l’économie mondiale : la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 en Chine, la guerre en Ukraine, l’envolée des prix de plusieurs matières premières, la perspective d’un resserrement monétaire agressif aux États-Unis. Côté positif, l’acquis de croissance important hérité de l’année dernière est un élément de soutien de la croissance en 2022. En outre, les moteurs de la demande finale étaient bien orientés en début d’année et le sont encore dans de nombreux cas. L’inflation élevée pèse sur la confiance des consommateurs américains et européens mais heureusement, pour l’heure, les intentions d’embauche des entreprises dans la zone euro restent à un niveau élevé et, aux États-Unis, le marché du travail reste très dynamique. La persistance ou non de cette bonne tenue du marché du travail jouera un rôle fondamental sur les perspectives de croissance cette année et donc sur l’évolution de la politique monétaire.

LIRE L'ARTICLE
États-Unis
États-Unis : tests de résistance

États-Unis : tests de résistance

Face à une inflation qui s’envole, la Réserve fédérale des États-Unis annonce une normalisation à vitesse accélérée de sa politique monétaire [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Chine : nouvelles perturbations

Chine : nouvelles perturbations

Après un bon début d’année 2022, la croissance économique chinoise a ralenti en mars. Les vents contraires vont persister à très court terme [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
La Banque du Japon dans une position inconfortable

La Banque du Japon dans une position inconfortable

Tandis que la Réserve Fédérale américaine a entamé le relèvement de son taux directeur, la Banque du Japon poursuit sa politique très accommodante [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
Zone euro : à quel point faut-il s’inquiéter du risque de stagflation ?

Zone euro : à quel point faut-il s’inquiéter du risque de stagflation ?

La guerre en Ukraine complique la tâche de la Banque centrale européenne qui doit arbitrer entre lutter contre le risque inflationniste et soutenir la croissance [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
Allemagne : derrière la croissance, la récession ?

Allemagne : derrière la croissance, la récession ?

Parmi les quatre plus grandes économies de la zone euro, l’Allemagne affiche les perspectives de croissance à l’horizon 2022 les moins bonnes [...]

LIRE L'ARTICLE
France
France : une croissance faible plutôt qu’une récession

France : une croissance faible plutôt qu’une récession

L’inflation a continué de croître début 2022 jusqu’à peser très fortement sur la confiance des ménages français à partir de mars. Cette problématique de pouvoir d’achat augure d’un repli de la consommation [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Espagne : l’emploi résiste, mais le contexte social se durcit

Espagne : l’emploi résiste, mais le contexte social se durcit

Même si l’Espagne n’est pas l’économie européenne la plus exposée « structurellement » à la guerre en Ukraine, le choc sur les prix énergétiques s’avère très important. L’inflation dépassera certainement les 10% sur un an au cours du printemps [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
Belgique : un impact inéluctable

Belgique : un impact inéluctable

Le PIB belge a progressé de 0,5 % au T4 2021, enregistrant une croissance annuelle de 6,1%. L’économie s’est redressée et a retrouvé ses niveaux pré-Covid plus rapidement qu’attendu [...]

LIRE L'ARTICLE
Portugal
Portugal : un choc inflationniste plus contenu

Portugal : un choc inflationniste plus contenu

La large victoire du parti socialiste d’Antonio Costa aux élections législatives de février permet une stabilité politique bienvenue dans le contexte économique actuel [...]

LIRE L'ARTICLE
Suède
Suède : vert protecteur

Suède : vert protecteur

La Suède a beaucoup misé sur les énergies renouvelables, une stratégie qui se révèle aujourd’hui payante face à la flambée des prix du pétrole et du gaz [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Finlande : en première ligne

Finlande : en première ligne

Contrariée depuis le début d’année par une forte recrudescence de l’épidémie de Covid-19, la reprise de l’économie est désormais menacée par les répercussions de l’offensive militaire russe en Ukraine [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Royaume-Uni : chocs en série

Royaume-Uni : chocs en série

Le temps du soutien budgétaire et monétaire sans limite est révolu au Royaume-Uni, où la priorité est de réduire les déficits et l’inflation [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE