Baromètre

La conjoncture s’assombrit nettement

12/06/2022

La dégradation des enquêtes sur le climat des affaires s’est poursuivie en mai, en particulier dans le secteur manufacturier, bien que la production industrielle ait résisté en avril. Cette dernière a progressé de 1,6% m/m, atteignant son niveau le plus élevé depuis décembre 2007. Le PMI manufacturier a néanmoins chuté de 2,6 points en mai, à 51,9. C’est son sixième mois de baisse consécutive. Le net retranchement de cet indicateur apparaît clairement sur notre baromètre. La composante « nouvelles commandes » a lourdement chuté (-5,2 points, à 47,4) et celle relative aux prix des intrants s’est aussi rétractée (-5,7 points, à 81,4), après un record en avril. Le rythme de hausse des coûts de production reste cependant très important.

ITALIE : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

La consommation privée, déjà en recul au T1 (-0,6% t/t), restera fragile au T2. Les ventes au détail ont, en effet, enregistré deux baisses d’affilée en mars et avril (recul cumulé de 1,2%), tandis que la confiance des ménages reste très dégradée, après une chute spectaculaire au premier trimestre. L’indice de la Commission européenne ne s’est que très légèrement rétabli en mai (-22,0 contre -23,9 en mars). Les perspectives d’épargne au cours des douze prochains mois notamment sont les plus mauvaises depuis juillet 2017. Cela témoigne de l’inquiétude des consommateurs quant à l’impact de la hausse de l’inflation sur leur pouvoir d’achat.

En effet, l’augmentation des prix à la consommation s’accentue. L’indice harmonisé (IPCH) enregistre une progression sur un an de 7,3% en mai, le chiffre le plus élevé depuis 1990 (début des statistiques actuelles). Si la hausse des prix énergétiques reste très prononcée, elle s’amplifie également pour les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées (+7,5% a/a), dans l’hôtellerie, les bars et la restauration (+6,0%), les équipements du logement (+4,5%) et, dans une moindre mesure, l’habillement (+1,6%). Cependant, les effets de second tour, et notamment une boucle prix-salaires, semblent pour le moment largement écartés dans le pays. Selon Istat, les salaires horaires ont progressé de 0,8% a/a en avril, suggérant donc une perte en termes réels d’environ 5,5% en avril. Cette baisse très significative explique en partie la baisse du moral des ménages.

Le marché du travail a, dans l’ensemble, poursuivi son rétablissement sur la première moitié de l’année, mais des premiers signes d’essoufflement apparaissent : l’emploi a marqué le pas en avril (-12 150). Le taux de chômage est tout de même redescendu à 8,4% de la population active en avril, tout comme le chômage des jeunes désormais à 23,8%. Ce second chiffre reste très élevé mais il constitue néanmoins un plus bas depuis décembre 2008.

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Le coût préoccupant des craintes de récession

Le coût préoccupant des craintes de récession

L’économie mondiale subit de nombreux chocs cette année : la résurgence de cas de Covid-19 en Chine, la guerre en Ukraine, la hausse des taux d’intérêt [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
L’impact de la guerre en Ukraine plus prononcé qu’anticipé 

L’impact de la guerre en Ukraine plus prononcé qu’anticipé 

Les perspectives défavorables pour le deuxième trimestre 2022, d’abord considérées comme un risque dans les enquêtes de conjoncture, se matérialisent concrètement en Allemagne [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Des signaux conjoncturels plus mitigés que mauvais

Des signaux conjoncturels plus mitigés que mauvais

Les dernières données conjoncturelles publiées par l’Insee ont permis de préciser le timing et l’ampleur du choc de pouvoir d’achat sur la consommation des ménages, avec trois chiffres marquants : la baisse de 1,8% t/t au 1er trimestre du pouvoir d’achat du revenu disponible brut, la baisse révisée à -1,5% t/t (contre -1,3% en première estimation) de la consommation des ménages et la croissance du PIB révisée en baisse à -0,2% t/t (0% en première estimation). 

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
L’indicateur hebdomadaire de l’OCDE suggère un ralentissement de l’activité dans les économies avancées

L’indicateur hebdomadaire de l’OCDE suggère un ralentissement de l’activité dans les économies avancées

L’épidémie de Covid-19 continue de ralentir dans le monde. Selon l’université Johns-Hopkins, 3,3 millions de nouveaux cas ont été enregistrés entre le 1er et le 7 juin, soit une baisse de -4% par rapport à la semaine précédente [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques