Perspectives

Normalisation très progressive de la situation économique

er  
economic-research.bnpparibas.com  
Eco Perspectives // 1 trimestre 2021  
7
JAPON  
NORMALISATION TRÈS PROGRESSIVE DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE  
Comme partout, le Japon enregistrera une récession historique en 2020. Le chemin vers un rattrapage complet de  
l’activité perdue pourrait être plus long qu’ailleurs et la croissance devrait rester très modérée. Selon nos projections,  
le PIB nippon retrouverait son niveau d’avant-crise seulement à la fin de l’année 2022. La demande interne est  
amoindrie par la faiblesse de l’investissement des entreprises tandis que les consommateurs semblent de retour. Les  
exportations japonaises bénéficient pour l’heure du solide rebond économique chinois. La politique budgétaire sera  
toujours en première ligne en 2021 et continuerait de bénéficier du soutien essentiel de la politique monétaire menée  
par la Banque du Japon. Une nouvelle enveloppe budgétaire est, à ce titre, en discussion.  
UN DÉBUT DE RETOUR À LA NORMALE  
CROISSANCE ET INFLATION (%)  
Face à la 1ère vague de la pandémie, l’état d’urgence avait été  
décrété au Japon entre début avril et fin mai 2020, sans toutefois  
Croissance du PIB  
Prévisions  
Inflation  
qu’un confinement soit légalement imposé. L’activité avait malgré tout  
sensiblement chuté, le PIB réel ayant enregistré une baisse historique de  
Prévisions  
3
2
1
.8  
-
8,2% au T2 2020 (en variations trimestrielles, non annualisé). Au T3, le  
1.5  
0
.7  
rebond du PIB (+5,0%, v.t.) a été plus fort qu’attendu. La consommation  
a retrouvé de la vigueur, en lien avec le retour de la confiance des  
consommateurs, tandis que les exportations ont bénéficié d’un retour  
de la croissance chez les principaux partenaires commerciaux (Chine en  
tête). En revanche, l’investissement des entreprises apparaît toujours  
fragilisé et devrait rester déprimé compte tenu de la faible utilisation  
des capacités de production et d’un niveau d’incertitudes encore élevé.  
Les derniers indicateurs conjoncturels envoient des signaux mitigés.  
L’indice Tankan de la Banque du Japon (BoJ) s’améliore très légèrement  
au T3 2020 mais reste à un niveau faible, tandis que l’indice des  
directeurs d’achats (PMI) composite stagne en novembre, à un niveau  
inférieur à 50 (seuil qui sépare les phases d’expansion de celles de  
contraction). Après le fort rebond du T3, la croissance économique  
japonaise au 4e trimestre devrait sensiblement baisser. Le PIB  
progresserait de seulement +0,6% (v.t.) au dernier trimestre de l’année.  
La hausse des contaminations, observée à la fois au Japon et chez  
ses partenaires, pèserait sur la demande intérieure, en particulier la  
consommation des ménages, comme externe. L’activité demeurerait  
peu dynamique au 1er semestre 2021, dans un contexte incertain  
sur le plan sanitaire et sur le marché du travail. À l’horizon du 2nd  
semestre 2021, l’espoir de la distribution d’un vaccin devrait soutenir  
la demande globale et réduire les incertitudes. L’appréciation attendue  
du yen au cours de l’année 2021 (l’USDJPY serait de 98 au T4 2021  
contre 101 au T1 2021) serait limitée et n’affecterait pas de manière  
sensible les exportateurs japonais. Au total, dans notre scénario, le  
PIB japonais ne retrouverait pas son niveau du T4 2019 à l’horizon de  
prévision, soit fin 2022. Dans ce contexte, l’inflation restera faible, voire  
négative, et le soutien budgétaire persistera.  
0.5  
1
0
.0  
0
-1  
-2  
-0.3  
-
0.4  
-
-
-
-
-
3
4
5
6
7
-
5.4  
2019  
2020  
2021  
2022  
2019  
2020  
2021  
2022  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : BNP PARIBAS GLOBAL MARKETS  
EXPORTATIONS (VOLUME, GLISSEMENT ANNUEL)  
4
0
0
Exportations totales  
vers Chine  
…vers UE  
3
…vers Etats-Unis  
20  
10  
0
-
-
10  
20  
-30  
-40  
-
-
50  
60  
2018  
2019  
2020  
LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE EN PREMIÈRE LIGNE  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE : MINISTÈRE DES FINANCES  
Dans ce contexte de reprise lente et encore incomplète, les pressions  
désinflationnistes devraient persister. L’inflation totale japonaise est  
entrée en territoire négatif en octobre 2020 (-0,4%, en g.a. après 0% en  
septembre) et devrait y rester tout au long de l’année 2021. Les salaires  
resteraient peu allants l’an prochain, les entreprises cherchant dans  
un premier temps à restaurer leurs marges.  
maintenir des taux d’intérêt à 10 ans autour de 0%. Une extension de  
son programme de soutien au financement des entreprises pourrait  
également émerger, mais nous n’anticipons pas de changement majeur  
de politique monétaire en 2021 malgré la faiblesse de l’inflation.  
La politique budgétaire sera toujours le principal vecteur de soutien  
public en 2021. La nouvelle hausse de l’enveloppe budgétaire,  
actuellement en discussion, intègrera des subventions destinées aux  
acteurs du secteur des services, qui souffrent des restrictions sanitaires,  
ainsi que des financements dédiés à la transformation digitale. Dans  
ce contexte, la Banque du Japon aura pour principal objectif de  
Achevé de rédiger le 07/12/2020  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2682 articles et 705 vidéos