EcoFlash

Elections en Catalogne : la question de l’indépendance reléguée au second plan?

ECO FLASH  
N°21-03  
11 février 2021  
ÉLECTIONS EN CATALOGNE : LA QUESTION DE L’INDÉPENDANCE  
RELÉGUÉE AU SECOND PLAN?  
Guillaume Derrien  
Selon les sondages, l’élection de  
TAUX DE CHÔMAGE : CATALOGNE ET NATIONAL  
dimanche serait marquée par une percée  
du parti socialiste et de l’extrême droite  
au détriment du parti de centre-droit  
Ciudadanos.  
%
Catalogne  
National  
2
2
2
2
1
7
5
3
1
9
Si les risques politiques en Catalogne  
restent présents encore aujourd’hui, la  
détérioration économique liée à la Covid-19  
pourrait affaiblir l’engouement pour la  
question de l’indépendance, suscitant  
plutôt un mouvement de repli vers le  
gouvernement central.  
17  
1
1
1
5
3
1
9
7
5
0
3 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20  
GRAPHIQUE 1  
La crise de la Covid-19 a accentué la  
dépendance de la Catalogne à l’égard de  
l’administration centrale et de l’Europe plus  
largement.  
SOURCE: INE  
L’élection de dimanche pourrait redessiner assez sensiblement le paysage politique en Catalogne.  
Si les sondages sont exacts, le parti de centre-droit Ciudadanos – qui avait rassemblé la  
majorité des votes en 2017 – accuserait un fort recul, au profit notamment du parti d’extrême-  
droite Vox, ce dernier pourrait ainsi entrer au Parlement catalan pour la première fois de son  
histoire. Le parti socialiste – mené par l’ancien ministre de la santé Salvador Illa – pourrait  
également réaliser une percée et devancerait même, selon les derniers sondages, les deux  
partis indépendantistes, à savoir la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et Ensemble pour  
la Catalogne (JxCat). Le résultat des élections reste néanmoins très incertain et donnera lieu, par  
la suite, à un jeu d’alliance pour former une majorité au parlement.  
Si les risques politiques en Catalogne restent présents encore aujourd’hui, la détérioration  
économique liée à la Covid-19 pourrait affaiblir l’engouement pour la question de l’indépendance,  
suscitant plutôt un mouvement de repli vers le gouvernement central. Le taux de chômage  
dans la région a en effet bondi de 10,4% au T4 2019 à 13,9% au T4 2020 (office des statistiques  
espagnol INE, cf. graphique 1). Le poids croissant des services explique en grande partie pourquoi  
l’économie (et en particulier le marché du travail), a été si affaiblie par la crise.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
Eco Flash 21-03 //11 février 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
2
Le rétrécissement du secteur industriel dans la région a certes ralenti  
ces dernières années mais le T4 2020 a marqué un nouveau point bas, PART DE L’INDUSTRIE (HORS CONSTRUCTION) DANS L’EMPLOI EN CATALOGNE  
la part de ce secteur dans l’emploi se réduisant désormais à 17,4%  
(
données de l’INE, cf. graphique 2). À noter cependant que la situation  
%
sur le front de l’emploi était, avant l’épidémie, comparativement  
meilleure que dans le reste de l’Espagne, grâce notamment à la  
vitalité du secteur touristique. Par ailleurs, le taux de chômage reste  
près de 2,5 points inférieurs à la moyenne du pays, et proche des  
niveaux observés dans la région en 2017. Le chômage reste néanmoins  
fortement contenu grâce aux aides de l’État, et notamment au dispositif  
ERTE de chômage partiel.  
37  
35  
33  
31  
29  
27  
25  
23  
21  
19  
17  
La crise du coronavirus va, par ailleurs, accentuer la dépendance  
budgétaire de la région au gouvernement central. Même si le déficit des  
comptes de la région est resté modeste et stable depuis 2017 (-0,6% du  
PIB catalan en 2019), le poidsdel’État central entantquecréancierdela  
région s’est accrue très fortement au cours des dernières années. Alors  
que cette part ne représentait qu’un tiers environ en 2016, elle a atteint  
plus de 70% en 2019. L’un des facteurs explicatifs de ce phénomène a  
été la mise en place en 2012, en réponse à la crise financière, d’une  
nouvelle ligne de crédit (Fondo de Liquidez Autonómica) facilitant les  
90  
92 94 96 98 00 02 04 06 08 10 12 14 16 18 20  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE: INE  
1
prêts de l’État central vers les régions autonomes . Ce ratio est censé  
augmenter au cours de la future investiture principalement en raison  
de l’impact économique de la pandémie.  
Le soutien économique apporté par l’Europe via le fonds de relance  
EU Next Generation pourrait également permettre à Madrid de peser  
davantage sur les relations avec le parlement catalan. Pour rappel,  
l’Espagne devrait recevoir au cours des six prochaines années, près  
de 73 mds (5,6% du PIB) en subventions directes via le nouveau  
mécanisme européen, et 140 mds (10,7% du PIB) si on ajoute les prêts.  
Une somme importante ira évidemment à la Catalogne qui pesait, en  
2
019, pour 19% du PIB espagnol dans son ensemble. Malgré la volonté  
des dirigeants catalans d’obtenir la gestion directe de ces fonds, cette  
dernière restera selon toute vraisemblance dans les mains du premier  
ministre Pedro Sanchez et de l’administration centrale.  
Les fractures politiques en Catalogne restent encore importantes  
aujourd’hui. Néanmoins, et indépendamment du résultat des élections  
de dimanche, les perspectives d’un embrasement comme celui de  
2
017 semblent désormais moindres, l’urgence sanitaire et économique  
plaçant la question séparatiste plus en retrait du débat politique.  
Guillaume Derrien  
1
«El Estado sufragará el 82% de la financiación del próximo Govern», El Economista, 9 février 2021.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2637 articles et 691 vidéos