Baromètre

Un marché du travail plus tendu mais moins performant qu’avant-Covid

25/09/2022

Malgré un marché du travail tendu, l’économie britannique montre des signes évidents de ralentissement de la croissance alors que l’inflation atteint un plus haut depuis 40 ans. En moyenne mobile sur trois mois, d’après l’estimation mensuelle du PIB publiée par l’ONS, la croissance britannique a été nulle en juillet, légèrement en dessous des attentes (+0,1% m/m). Ce chiffre masque des évolutions mensuelles plus marquées : en hausse en mai (+0,4% m/m), le PIB a reculé en juin (- 0,6% m/m) avant de rebondir faiblement en juillet (+0,2% m/m). En juillet, la croissance des services (+0,4% m/m) est en grande partie contrebalancée par la nouvelle contraction de l’industrie (-0,3%) et de la construction (-0,8%).

Le marché du travail opère paradoxalement toujours au plein-emploi et avec des tensions qui ne semblent pas se résorber malgré la remontée des taux d’intérêt et le ralentissement de l’activité. Le taux de chômage continue de baisser (-0,2 point entre mai et juillet) pour s’établir à présent à 3,6%, soit son niveau le plus bas depuis 1974. Cette baisse ne s’est pour autant pas accompagnée d’une augmentation du taux d’emploi sur la même période. Au contraire, ce dernier a diminué de mai à juillet (-0,2 point) pour s’établir à 75,4%, toujours en dessous de son niveau d’avant-Covid (76,5% en décembre 2019). Cette baisse du chômage s’explique donc plutôt par la sortie de demandeurs d’emploi du marché du travail. Le taux d’inactivité augmente d’ailleurs de 0,4 point pour s’établir à 21,7% pour les 16-64 ans, cette fois au-dessus de son niveau d’avant-Covid (20,4% en décembre 2019). Cette hausse de l’inactivité s’explique par un retour aux études des 16-24 ans mais également par des problèmes de santé pour les 50-64 ans. Ces évolutions contribuent aux pénuries de main d’œuvre et celles-ci limitent considérablement les recrutements, laissant de nombreux emplois non pourvus, d’autant que les créations d’emploi restent dynamiques outre-Manche (+290 000 emplois entre avril et juin). Le taux de postes vacants s’établit à 4,2% en juillet, son plus haut depuis 2001 et concerne principalement les secteurs de la restauration, de la santé et des services financiers. Ces tensions sur le marché du travail soutiennent la progression des salaires (+5,5% a/a en termes nominaux entre mai et juin), même s’ils restent fortement négatifs en termes réels (-2,6% a/a).

Bien que l’inflation ait légèrement ralenti en août (9,9% a/a), reflétant la baisse des prix du carburant, elle continue de se diffuser, comme en témoigne l’augmentation de l’inflation sous-jacente (6,3% a/a). Lors de sa réunion de politique monétaire, le Monetary Policy Committee (MPC) a décidé une septième hausse consécutive du taux directeur (+50 points de base), le portant ainsi à 2,5%. Par ailleurs, le MPC a annoncé, comme prévu, la réduction de son portefeuille d’obligations du Trésor britannique (gilts) à hauteur de GBP 80 mds sur douze mois à partir d’octobre.

ROYAUME-UNI : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

Les indicateurs du radar sont transformés en « z-scores » (écarts par rapport à la valeur moyenne de long terme exprimée en écart-type). Ces z-scores ont une moyenne de zéro et leur valeur fluctue ici entre -3 et +5. Sur le radar, la zone en bleu indique les conditions économiques actuelles. Elle est comparée aux conditions 4 mois auparavant (pointillés). Un élargissement de la zone bleue indique une amélioration de l’indicateur d’activité.

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Emplois vacants, taux de rotation et désinflation

Emplois vacants, taux de rotation et désinflation

Aux États-Unis, le marché du travail extrêmement tendu joue un rôle central dans les efforts mis en œuvre par la banque centrale pour ramener l’inflation vers son objectif [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La normalisation des échanges commerciaux se fait attendre

La normalisation des échanges commerciaux se fait attendre

Les tensions sur le commerce mondial continuent, globalement, de se résorber, mais de nouvelles frictions émergent en raison de la guerre en Ukraine [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
La nouvelle coalition sera rapidement mise à l’épreuve

La nouvelle coalition sera rapidement mise à l’épreuve

Les résultats des élections législatives ont conduit une coalition de droite, menée par Giorgia Meloni, au pouvoir [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Covid-19 : le nombre de nouveaux cas de Covid-19 repart à la hausse en Europe

Covid-19 : le nombre de nouveaux cas de Covid-19 repart à la hausse en Europe

3,4 millions de nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés dans le monde entre le 14 et le 21 septembre, soit une baisse de 4% par rapport à la semaine précédente. Il s’agit de la plus faible diminution depuis le mois d’août dernier [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques