Graphiques de la semaine

France : l'amélioration de l’excédent sur les services compense la dégradation du déficit des biens

15/03/2022
France : décomposition de la balance courante

La France connait une dégradation structurelle de sa balance commerciale des biens depuis 2015. Son déficit atteint en janvier 2022 le niveau record de EUR 73 mds en cumul sur 12 mois, selon les statistiques de balance des paiements de la Banque de France (EUR 88 mds selon la définition des douanes1). La tendance au creusement du déficit des biens industriels s’est renforcée depuis 2020 avec la baisse des exportations aéronautiques depuis le début de la pandémie de Covid-19. La hausse du prix du pétrole explique l’essentiel de la détérioration observée à partir de novembre 2021.

Toutefois, la balance courante, qui synthétise la totalité des échanges extérieurs de la France2, montre un profil différent, avec un déficit limité à EUR 23,4 mds en janvier, en cumul sur 12 mois. Il reste relativement stable même sur les trois derniers mois.

L’excédent sur le commerce de services en est la principale explication. Il atteint, lui aussi, un niveau record à EUR 39 mds en janvier (en cumul sur 12 mois). Cette nette augmentation depuis début 2021 provient du poste « transport » qui a basculé en surplus au moment du déclenchement de la pandémie de Covid-19, excédent qui n’a depuis cessé de croître pour atteindre EUR 32 mds sur les 12 derniers mois à fin janvier. Les données détaillées du FMI, disponibles jusqu’au 3e trimestre 2021, montrent que l’amélioration jusqu’à cette date correspondait essentiellement aux services exportés de fret maritime dans un contexte où le transport maritime bénéficiait d’une forte demande mondiale.

1 La balance des paiements sépare les coûts de transport et d’assurance incorporés par les douanes dans les échanges de biens pour les incorporer aux échanges de services ce qui a tendance à réduire le déficit sur les biens. De plus, les douanes considèrent qu’un échange de biens est constitué s’il franchit la frontière, tandis que la balance des paiements applique un critère de résidence : le flux est incorporé s’il est fait entre un résident et un non-résident.

2 Ces échanges concernent les biens, les services ainsi que les revenus (flux d’intérêt, rapatriement de profits, transferts de migrants notamment).

LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE