Eco Flash

Marché du travail français : maintenir la dynamique

28/03/2022

La France a terminé l’année 2021 avec le taux d’emploi le plus élevé depuis les années soixante-dix, le taux de chômage le plus bas depuis 2008 et un record de créations d’emplois depuis l’après-guerre. Ce dynamisme de l’emploi est imputable pour moitié au rebond des créations d’emplois dans les secteurs les plus affectés par la crise de la Covid-19 (dont la restauration et l’intérim). La pandémie a également soutenu l’emploi dans la santé et l’éducation. Le secteur privé marchand porte néanmoins encore la trace de la crise sanitaire : l’emploi y est inférieur de 1,3% au niveau qu’il aurait atteint si sa croissance observée entre 2017-19 s’était poursuivie jusqu’à fin 2021 (un même calcul sur le PIB réel donne un écart de 2,2%). Le taux d’emploi des 15-64 ans atteint 67,8% de la classe d’âge. Cette hausse s’explique principalement par celle du taux d’emploi des 50-64 ans (départs en retraite plus tardifs). L’amélioration du taux d’emploi des 15-24 ans en toute fin de période doit, quant à elle, être confirmée. La progression des salaires, qui a été modérée ces dernières années, devrait s’accélérer en 2022 sous l’effet combiné de la baisse du taux de chômage et de la hausse de l’inflation.

France : taux d'emploi et taux de chômage en % de la population active

Lorsqu’on observe la situation du marché du travail français à fin 2021, le choc lié à la pandémie de Covid-19 apparaît déjà en partie absorbé (graphique 1). Loin d’avoir connu une hausse durable, le taux de chômage est reparti à la baisse : à 7,4% en fin d’année 2021, il est même inférieur à son niveau d’avant-Covid-19 (8,1% fin 2019).

Par conséquent, le taux de chômage est désormais proche du point bas de 7,2% enregistré au 1er trimestre 2008. En parallèle, le taux d’emploi a, en parallèle, repris sa progression. Fin 2021, il atteint à 67,8% un plus haut depuis les années 70, près de 15 points au-dessus de son point bas de 1994.

Les mécanismes de soutien, en particulier au travers de l’indemnisation du chômage partiel, ont largement neutralisé l’impact du confinement, et donc permis de sauvegarder des emplois.

EMPLOI : AU-DELÀ DES APPARENCES

France : évolution de l'emploi dans le secteur privé

Le marché du travail a été dynamique entre 2017 et 2019, avec près de 760 000 créations d’emplois. La période de la pandémie a pendant quelques trimestres inversé cette dynamique, mais de façon temporaire. De fait, près de 370 000 emplois ont été détruits en 2020, mais 700 000 emplois autres ont été créés en 2021 (en comparant l’emploi à fin 2020 et à fin 2021), une dynamique inédite, avec près de 640 000 nouveaux emplois dans le secteur privé.

Près de la moitié de la performance du secteur privé concerne les secteurs les plus pénalisés par la Covid-19 en 2020 : le travail intérimaire, l’hébergement-restauration et, à un moindre degré, les métiers du spectacle (graphique 2). A l’exclusion de ces trois secteurs, on comptabilise 324 000 créations d’emplois dans le secteur privé, moins que le chiffre record atteint en l’an 2000 (428 000).