Eco Perspectives

D’une reprise solide à des perspectives incertaines

22/09/2022

Au cours du premier semestre 2022, l’économie italienne a progressivement gagné en vigueur. Au deuxième trimestre 2022, le PIB réel était 1,1% plus élevé qu’au quatrième trimestre 2019. L’acquis de croissance pour 2022 est de 3,5%. La reprise est généralisée aux différents secteurs d’activité. Le secteur de la construction a poursuivi sa croissance, enregistrant une forte augmentation par rapport au niveau d’avant la crise, tandis que l’industrie manufacturière et les services ont également progressé, bénéficiant de la reprise du tourisme. Les perspectives globales pour l’économie italienne sont devenues cependant plus incertaines. Les ménages et les entreprises se montrent extrêmement prudents. Entre mai et juillet 2022, la production industrielle a reculé de plus de 1,5% par rapport au trimestre précédent. La valeur du commerce de détail a continué d’augmenter, tandis que le volume des ventes a chuté, souffrant de l’accélération de l’inflation.

Une reprise solide et généralisée au premier semestre

Au cours du premier semestre 2022, l’économie italienne a progressivement gagné en vigueur. Le PIB réel a augmenté de 0,1 % t/t au premier trimestre et de 1,1 % t/t au deuxième trimestre, le taux de croissance en glissement annuel étant légèrement inférieur à 5 %. L’acquis de croissance pour l’ensemble de 2022 est de 3,5 %. L’Italie s’est déjà totalement remise des pertes enregistrées lors du choc récessif de 2020 dû au Covid-19, avec un PIB réel supérieur de 1,1 % à celui du quatrième trimestre 2019.

Italie : croissance et inflation

Au deuxième trimestre, la reprise a été généralisée aux différents secteurs d’activité. Le secteur de la construction a continué de progresser, bien qu'à un rythme plus lent. La valeur ajoutée y est supérieure de près de 30 % à celle du quatrième trimestre 2019. Ce solide rebond reflète l’impact positif des mesures fiscales destinées à améliorer l’efficacité énergétique des logements existants.

Après un gain de +0,1 % t/t au quatrième trimestre 2021 et un repli de -0,9 % t/t au premier trimestre 2022, le secteur manufacturier est reparti à la hausse, grâce à l'évolution favorable de la demande extérieure. Au deuxième trimestre, la valeur ajoutée dans ce secteur a augmenté de 1,5 % t/t, grâce à la solide augmentation de la production dans l'électronique, le bois et le papier, ainsi que les équipements électriques et machines.

Soutenue par l’amélioration de la pandémie de Covid-19 et l’assouplissement des restrictions sociales, la valeur ajoutée des services a augmenté de 1 % t/t au deuxième trimestre, après un tassement de -0,1 % t/t au premier. Le commerce, le transport et le stockage ont continué d'afficher une croissance solide et dynamique. Les activités d’hébergement et de restauration ont bénéficié de la levée des restrictions et de la reprise du tourisme. La valeur des dépenses des non-résidents en Italie a atteint près de EUR 12 mds, soit environ trois fois plus qu'au deuxième trimestre 2011 et légèrement plus qu'au deuxième trimestre 2019.

Le rôle de la demande intérieure

La reprise de l’économie italienne a continué d'être stimulée par la demande intérieure, alors que la contribution nette des exportations était toujours négative, les importations ayant augmenté davantage que les exportations (respectivement, +3,3 % et +2,5 % t/t). Au deuxième trimestre, la consommation des ménages a grimpé de plus de 2,5 % t/t, contribuant ainsi à hauteur de 1,5 point de pourcentage à la croissance, reflétant également l’amélioration des conditions du marché du travail. Le nombre de personnes occupant un poste a dépassé les 23 millions, et le taux d'emploi a déjà retrouvé son niveau d'avant le Covid-19. Au deuxième trimestre, l’investissement a augmenté pour le huitième trimestre consécutif. La formation brute de capital fixe dépasse ainsi de 15 % son niveau du au quatrième trimestre 2019.

Incertitude croissante

Les perspectives de l'économie italienne sont cependant plus incertaines, en raison de la détérioration du contexte mondial, de la persistance des tensions géopolitiques et de la poursuite de la hausse de l'inflation et des taux d'intérêt. Les ménages et les entreprises se montrent extrêmement prudents.

En juillet, les entreprises italiennes ont augmenté leur réserve de liquidités. La valeur des dépôts bancaires des sociétés non financières a augmenté de plus de EUR 20 mds sur une base mensuelle, pour atteindre EUR 435 mds.

L'évolution de l'activité dans le secteur manufacturier commence à porter la trace de la hausse des coûts et de l'affaiblissement de la demande extérieure. En juillet, la production industrielle n'a augmenté que de 0,4 % m/m ; plusieurs secteurs, tels que le bois, la chimie, l'électronique et les produits métalliques ayant connu une baisse d'activité. Entre mai et juillet 2022, la production a reculé de plus de 1,5 % par rapport au trimestre précédent.

L’impact de la hausse des prix sur les dépenses des ménages est de plus en plus évident. En août, l'indice des prix à la consommation pour l'ensemble de la nation (NIC) a augmenté de près de 8,5 % a/a, les plus fortes hausses ayant été enregistrées par les composantes énergie et alimentation. En juillet, alors que la valeur du commerce de détail a continué à croître, les ventes en volume ont baissé de 0,9 % par rapport à l'année précédente, celles des denrées alimentaires ayant chuté de plus de 3,5 %.

Achevé de rédiger le 16 septembre 2022

Découvrir les autres articles de la publication

Global
La narration d'une récession

La narration d'une récession

L’inflation domine l’actualité économique depuis des mois, mais avec des resserrements monétaires agressifs, cela ne devrait pas durer. Dans le même temps, les craintes de récession s’intensifient [...]

LIRE L'ARTICLE
Etats-Unis
Proches du pic d’inflation ?

Proches du pic d’inflation ?

Après une deuxième contraction de son PIB au T2, les perspectives de l’économie américaine sont pour le moins incertaines. Les pressions inflationnistes donnent des signes de détente mais le rythme de désinflation pourrait être plus lent que prévu [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Malaise

Malaise

Le redressement de l’activité économique depuis la fin des confinements imposés à Shanghai au printemps a été très progressif [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
La Banque du Japon garde le cap

La Banque du Japon garde le cap

Le yen a continué de plonger cet été, atteignant son plus bas niveau face au dollar en 24 ans [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
En route vers la récession  ?

En route vers la récession ?

La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
De l'eau dans le gaz

De l'eau dans le gaz

La question n’est plus désormais de savoir si l’Allemagne tombera ou non en récession, mais plutôt de savoir quand et dans quelle ampleur [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Une récession à venir  ?

Une récession à venir ?

La croissance française a surpris à la hausse au 2e trimestre (+0,5% t/t), soutenue par l’impact positif de la levée des restrictions liées à la Covid-19 sur le tourisme et les loisirs [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Le choc inflationniste est rude

Le choc inflationniste est rude

L’hiver s’annonce difficile. Bien que son l’Espagne soit structurellement moins vulnérable aux ruptures énergétiques, le choc inflationniste est violent et il ne fléchit pas, avec une inflation à plus de 10% en août [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
La tension monte

La tension monte

Le PIB belge a progressé de 0,2 % au deuxième trimestre 2022. La consommation privée a poursuivi sa trajectoire à la hausse au cours du premier semestre, mais devrait ralentir puisque l’inflation reste à son plus haut niveau historique [...]

LIRE L'ARTICLE
Portugal
Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Avec un risque de pénuries énergétiques relativement contenu, le Portugal enregistrerait cette année une croissance économique parmi les plus importantes de la zone euro. Plusieurs facteurs favorables sont à l’œuvre [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Politique du logement : histoire d’une grande réussite

Politique du logement : histoire d’une grande réussite

La Finlande, à l’instar des autres pays nordiques, s’est montrée particulièrement résistante jusqu’ici aux chocs actuels, mais le ciel s’assombrit sur le « pays du soleil de minuit » [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Un soutien budgétaire essentiel

Un soutien budgétaire essentiel

La croissance britannique s’est légèrement contractée au T2 mais l’économie ne devrait pas entrer en récession avant le T4 [...]

LIRE L'ARTICLE
Suède
Blocage institutionnel en perspective

Blocage institutionnel en perspective

Après huit années passées dans l’opposition, les conservateurs ont repris les rênes du pouvoir en Suède dans un contexte peu favorable. Si l’activité économique a bien résisté jusqu’ici, elle montre des signes nets de ralentissement [...]

LIRE L'ARTICLE
Suisse
Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Le pays helvétique se démarque des autres pays européens par des pressions inflationnistes nettement moindres [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE