Eco Perspectives

Blocage institutionnel en perspective

22/09/2022
Suède : croissance et inflation

L’économie suédoise a enregistré une belle croissance au 2e trimestre (+0,9% t/t). Elle a été portée par la consommation des ménages qui évolue 7,5% au-dessus de son niveau d’avant-crise et un investissement plus dynamique encore (+11,3% par rapport au T4 2019).

Le 3e trimestre devrait toutefois être marqué un net ralentissement de la croissance, comme le suggère l’indicateur mensuel du PIB, qui a stagné au mois de juillet à cause d’un net recul de la consommation des ménages. La prochaine mauvaise surprise pourrait venir de la production industrielle.

En effet, les stocks de biens finis atteignent un niveau historiquement haut tandis que les intentions d’achat sont extrêmement détériorées (Graphique 2).

Stocks et consommation : un écartement dangereux

Dans ce contexte, la croissance du PIB devrait être quasi-nulle au second semestre 2022 et au début de l’année 2023. Elle devrait ensuite s’améliorer au cours de l’année et atteindre +0,8% en moyenne annuelle d’après la Commission européenne.

Les sondages annonçaient un scrutin extrêmement serré[1] lors des élections législatives en Suède. Ce fut le cas puisque le parti vainqueur n’a pas pu être annoncé le dimanche 11 septembre, jour de l’élection, mais le mercredi 14 septembre après que chaque voix a été comptée et recomptée.

Les sociaux-démocrates et les autres partis formant la coalition gouvernementale ont été battus de seulement deux sièges et ne brigueront pas un 3e mandat consécutif. La coalition de gauche a obtenu 173 sièges au Riksdag (parlement suédois) contre 176 sièges pour la droite composée de l’Alliance (Libéraux, Modérés, Chrétiens-Démocrates) et de l’extrême droite (Démocrates de Suède).

Le parti d’extrême droite a d’ailleurs réalisé un score historique en obtenant 21% des voix, soit plus que n’importe quel autre parti de droite. Cependant, la victoire des conservateurs ne fait pas tout. Le leader des Modérés et de l’Alliance de droite, Ulf Kristersson, va maintenant tenter de constituer un gouvernement. Une tâche qui s’annonce complexe tant les dissensus sont importants entre l’extrême droite et les Libéraux qui ont, jusqu’alors, toujours refusé un compromis avec les Démocrate de Suède. En 2018, il avait fallu 134 jours à la gauche pour constituer un gouvernement. Il est probable qu’il en faille tout autant cette année.

La conséquence directe est un risque de paralysie parlementaire alors même que les Suédois sont frappés par les problèmes d’inflation et de pouvoir d’achat, que le processus d’adhésion à l’OTAN n’est pas finalisé, et que le pays devra prendre la présidence de l’Union européenne à compter du 1er janvier 2023. Malgré tout, l’Alliance de droite affiche clairement ses objectifs. À court terme, elle souhaite soutenir le pouvoir d’achat des ménages grâce à des baisses de taxes sur le carburant, mais aussi en réduisant le barème de l’impôt sur le revenu. Ces mesures seraient financées à moyen terme par une réduction des prestations d’assurance-chômage et d’assurance-maladie, car l’Alliance souhaite maintenir la rigueur budgétaire.

Cette orthodoxie, menée par les gouvernements successifs depuis 30 ans, a certes permis de réduire la dette publique (69% du PIB en 1995 à 36% en 2021) mais elle s’est traduite en parallèle par une envolée de la dette privée. Ainsi, l’endettement total du pays a crû de près de 65 points de pourcentage entre 1995 et 2021, passant de 118% du PIB à 215%.

Achevé de rédiger le 16 septembre 2022

[1]Comme nous le montrions dans l’EcoFlash « Les forces populistes peuvent-elles s’imposer en Suède ? »

Découvrir les autres articles de la publication

Global
La narration d'une récession

La narration d'une récession

L’inflation domine l’actualité économique depuis des mois, mais avec des resserrements monétaires agressifs, cela ne devrait pas durer. Dans le même temps, les craintes de récession s’intensifient [...]

LIRE L'ARTICLE
Etats-Unis
Proches du pic d’inflation ?

Proches du pic d’inflation ?

Après une deuxième contraction de son PIB au T2, les perspectives de l’économie américaine sont pour le moins incertaines. Les pressions inflationnistes donnent des signes de détente mais le rythme de désinflation pourrait être plus lent que prévu [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Malaise

Malaise

Le redressement de l’activité économique depuis la fin des confinements imposés à Shanghai au printemps a été très progressif [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
La Banque du Japon garde le cap

La Banque du Japon garde le cap

Le yen a continué de plonger cet été, atteignant son plus bas niveau face au dollar en 24 ans [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
En route vers la récession  ?

En route vers la récession ?

La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
De l'eau dans le gaz

De l'eau dans le gaz

La question n’est plus désormais de savoir si l’Allemagne tombera ou non en récession, mais plutôt de savoir quand et dans quelle ampleur [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Une récession à venir  ?

Une récession à venir ?

La croissance française a surpris à la hausse au 2e trimestre (+0,5% t/t), soutenue par l’impact positif de la levée des restrictions liées à la Covid-19 sur le tourisme et les loisirs [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
D’une reprise solide à des perspectives incertaines

D’une reprise solide à des perspectives incertaines

Au cours du premier semestre 2022, l’économie italienne a progressivement gagné en vigueur. Au deuxième trimestre 2022, le PIB réel était 1,1% plus élevé qu’au quatrième trimestre 2019. L’acquis de croissance pour 2022 est de 3,5% [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Le choc inflationniste est rude

Le choc inflationniste est rude

L’hiver s’annonce difficile. Bien que son l’Espagne soit structurellement moins vulnérable aux ruptures énergétiques, le choc inflationniste est violent et il ne fléchit pas, avec une inflation à plus de 10% en août [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
La tension monte

La tension monte

Le PIB belge a progressé de 0,2 % au deuxième trimestre 2022. La consommation privée a poursuivi sa trajectoire à la hausse au cours du premier semestre, mais devrait ralentir puisque l’inflation reste à son plus haut niveau historique [...]

LIRE L'ARTICLE
Portugal
Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Avec un risque de pénuries énergétiques relativement contenu, le Portugal enregistrerait cette année une croissance économique parmi les plus importantes de la zone euro. Plusieurs facteurs favorables sont à l’œuvre [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Politique du logement : histoire d’une grande réussite

Politique du logement : histoire d’une grande réussite

La Finlande, à l’instar des autres pays nordiques, s’est montrée particulièrement résistante jusqu’ici aux chocs actuels, mais le ciel s’assombrit sur le « pays du soleil de minuit » [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Un soutien budgétaire essentiel

Un soutien budgétaire essentiel

La croissance britannique s’est légèrement contractée au T2 mais l’économie ne devrait pas entrer en récession avant le T4 [...]

LIRE L'ARTICLE
Suisse
Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Le pays helvétique se démarque des autres pays européens par des pressions inflationnistes nettement moindres [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE