Eco Perspectives

Un soutien budgétaire essentiel

22/09/2022

La croissance britannique s’est légèrement contractée au T2 mais l’économie ne devrait pas entrer en récession avant le T4. D’une part, le marché du travail continue d’opérer au plein-emploi, ce qui permet d’amortir en partie le choc d’inflation sur le pouvoir d’achat. D’autre part, le nouveau plan gouvernemental de soutien aux ménages et aux entreprises devrait atténuer la hausse des prix de l’énergie à venir. Face à une inflation persistante, la Banque d’Angleterre (BoE) accélère encore sa normalisation monétaire, au risque de précipiter la contraction de l’économie.

Royaume-uni : croissance et inflation

Le Royaume-Uni a subi une légère contraction de son PIB au T2 2022 (-0,1% t/t), qui s’explique principalement par le repli de la consommation des ménages (-0,2% t/t) et la baisse des dépenses publiques (-2,9% t/t).

Selon nos prévisions, l’économie britannique devrait rebondir très légèrement au T3 grâce au plan de soutien du gouvernement de B. Johnson, avant de connaître une contraction marquée du PIB au T4 2022, dans un contexte d’inflation persistante et de remontée des taux d’intérêt. Cette contraction du PIB pourrait être en partie atténuée par les nouvelles mesures de soutien annoncées par Liz Truss. Pour le moment, les enquêtes sur le climat des affaires signalent une contraction de l’activité industrielle et un ralentissement de l’activité du côté des services.

Poursuite de la normalisation monétaire

Bien que l’inflation ait légèrement ralenti en août (9,9% a/a), reflétant principalement une baisse des prix du carburant (86,2% a/a contre 114,1% en juillet), elle continue de se diffuser, comme en témoigne l’augmentation de l’inflation sous-jacente (6,3% a/a). L’inflation devrait continuer de croître pour atteindre un pic (probablement autour de 13,8% au T1 2023[1]), avant de ralentir, tout en restant bien au-dessus de la cible de 2% d’inflation.

Par ailleurs, les tensions sur le marché du travail, qui opère toujours à son plein-emploi (3,6% de taux de chômage entre mai et juillet) soutiennent la progression des salaires (+5,5% a/a en termes nominaux entre mai et juin, soit -2,6% en termes réels), ce qui atténue quelque peu le choc d’inflation pour les ménages. S’il n’existe pas de boucle prix-salaires pour le moment, les augmentations de salaires dans certains secteurs (transports, services postaux, etc.) devraient toutefois ralentir le rythme de désinflation en 2023.

Face à une inflation persistante et un marché du travail robuste, la BoE a accéléré la remontée de ses taux directeurs, avec une nouvelle hausse de son taux directeur de 50 points de base lors de sa réunion du 22 septembre, le portant à 2,25%. La BoE a, par ailleurs, annoncé le début de la vente des titres de dette du Trésor britannique (gilts) détenus dans le cadre de son programme Asset Purchase Facility (APF). Cette réduction de portefeuille de GBP 80 milliards sur 12 mois devrait renforcer la normalisation monétaire et accroître la pression sur les finances publiques, déjà affectées par les récentes annonces budgétaires.

« Low tax, big State »

Pour faire face à la crise énergétique et à la hausse du coût de la vie, Liz Truss n’a eu d’autre choix que de mettre en place un plan de soutien massif à l’économie. D’une durée de deux ans à compter du 1er octobre, ce programme s’articule autour de trois mesures.

Le plan prévoit d’abord de plafonner la facture moyenne de gaz et d’électricité pour les ménages à GBP 2 500 par an, bien en-dessous des GBP 3 548 estimées par l’Ofgem (autorité de régulation de l’énergie britannique). Pour ce faire, le gouvernement prépare une « garantie du prix de l’énergie » au niveau des fournisseurs ainsi que la suppression temporaire de la taxe environnementale sur l’énergie (green levy). Ce programme vient s’ajouter au plan de soutien des ménages (GBP 37 milliards) annoncé en juin qui prévoyait notamment une aide ciblée (GBP 400 milliards) pour les ménages les plus vulnérables.

Du côté des entreprises, le gouvernement propose de mettre en place un mécanisme de « garantie du prix de l’énergie » similaire, pour une durée de six mois, avant d’évoluer vers un dispositif plus ciblé, dont les mesures n’ont pas encore été précisées.

La troisième mesure phare du plan de soutien vise à garantir la stabilité sur le marché de l’électricité en assurant une liquidité suffisante. Le HM Treasury et la BoE vont mettre en place un fonds de liquidité (Energy Markets Financing Scheme) d’un montant de GBP 40 milliards pour faciliter les appels de marge massifs auxquels font face les acteurs de marché.

Si les mesures de ce plan sont nécessaires pour atténuer le choc inflationniste, son ampleur pèsera lourdement sur les finances publiques. Selon les estimations du gouvernement, ce plan coûterait entre GBP 100 et 200 milliards (soit entre 4,5 et 9% du PIB), bien au-dessus des GBP 80 milliards du plan de soutien aux ménages lors de la crise du Covid-19. Le Debt Management Office (DMO) devrait publier prochainement une estimation plus fine des conséquences budgétaires de ce plan sur les finances publiques. Jusqu’à présent, aucune mesure compensatoire n’a encore été annoncée, le plan serait donc financé par un recours accru à l’emprunt public.

Les politiques fiscale et budgétaire annoncées mettent sous pression les finances publiques britanniques. D’un côté, Liz Truss annonce un plan de soutien sans mesure compensatoire. De l’autre, sa promesse de campagne de faire de la baisse d’impôt pour les ménages et les entreprises (d’environ GBP 30 mds) sa priorité, pourrait creuser davantage le déficit public. Conséquence directe de cette détérioration des perspectives budgétaires, les gilts (titres du Trésor britannique) ont vu leur rendement fortement augmenter sur l’ensemble de la courbe des maturités. Pour la première fois depuis 2011, le rendement des obligations souveraines à 10 ans (10Y gilts) a dépassé 3,2%. L’autre évolution remarquable se situe du côté du marché des changes : malgré ces taux d’intérêt plus élevés, la livre sterling a, en effet, continué sa chute, notamment vis-à-vis du dollar. Le 19 septembre, la livre sterling (GBP) est tombée à 1,1410 dollars (USD), son plus bas niveau depuis 1985.


Achevé de rédiger le 16 septembre 2022

[1] Ce chiffre ne prend pas en compte les effets du nouveau plan de soutien. Les récentes mesures gouvernementales devraient nettement réduire l’inflation.

Découvrir les autres articles de la publication

Global
La narration d'une récession

La narration d'une récession

L’inflation domine l’actualité économique depuis des mois, mais avec des resserrements monétaires agressifs, cela ne devrait pas durer. Dans le même temps, les craintes de récession s’intensifient [...]

LIRE L'ARTICLE
Etats-Unis
Proches du pic d’inflation ?

Proches du pic d’inflation ?

Après une deuxième contraction de son PIB au T2, les perspectives de l’économie américaine sont pour le moins incertaines. Les pressions inflationnistes donnent des signes de détente mais le rythme de désinflation pourrait être plus lent que prévu [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Malaise

Malaise

Le redressement de l’activité économique depuis la fin des confinements imposés à Shanghai au printemps a été très progressif [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
La Banque du Japon garde le cap

La Banque du Japon garde le cap

Le yen a continué de plonger cet été, atteignant son plus bas niveau face au dollar en 24 ans [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
En route vers la récession  ?

En route vers la récession ?

La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
De l'eau dans le gaz

De l'eau dans le gaz

La question n’est plus désormais de savoir si l’Allemagne tombera ou non en récession, mais plutôt de savoir quand et dans quelle ampleur [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Une récession à venir  ?

Une récession à venir ?

La croissance française a surpris à la hausse au 2e trimestre (+0,5% t/t), soutenue par l’impact positif de la levée des restrictions liées à la Covid-19 sur le tourisme et les loisirs [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
D’une reprise solide à des perspectives incertaines

D’une reprise solide à des perspectives incertaines

Au cours du premier semestre 2022, l’économie italienne a progressivement gagné en vigueur. Au deuxième trimestre 2022, le PIB réel était 1,1% plus élevé qu’au quatrième trimestre 2019. L’acquis de croissance pour 2022 est de 3,5% [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Le choc inflationniste est rude

Le choc inflationniste est rude

L’hiver s’annonce difficile. Bien que son l’Espagne soit structurellement moins vulnérable aux ruptures énergétiques, le choc inflationniste est violent et il ne fléchit pas, avec une inflation à plus de 10% en août [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
La tension monte

La tension monte

Le PIB belge a progressé de 0,2 % au deuxième trimestre 2022. La consommation privée a poursuivi sa trajectoire à la hausse au cours du premier semestre, mais devrait ralentir puisque l’inflation reste à son plus haut niveau historique [...]

LIRE L'ARTICLE
Portugal
Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Avec un risque de pénuries énergétiques relativement contenu, le Portugal enregistrerait cette année une croissance économique parmi les plus importantes de la zone euro. Plusieurs facteurs favorables sont à l’œuvre [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Politique du logement : histoire d’une grande réussite

Politique du logement : histoire d’une grande réussite

La Finlande, à l’instar des autres pays nordiques, s’est montrée particulièrement résistante jusqu’ici aux chocs actuels, mais le ciel s’assombrit sur le « pays du soleil de minuit » [...]

LIRE L'ARTICLE
Suède
Blocage institutionnel en perspective

Blocage institutionnel en perspective

Après huit années passées dans l’opposition, les conservateurs ont repris les rênes du pouvoir en Suède dans un contexte peu favorable. Si l’activité économique a bien résisté jusqu’ici, elle montre des signes nets de ralentissement [...]

LIRE L'ARTICLE
Suisse
Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Le pays helvétique se démarque des autres pays européens par des pressions inflationnistes nettement moindres [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE