Eco Perspectives

La Banque du Japon garde le cap

22/09/2022

Le yen a continué de plonger cet été, atteignant son plus bas niveau face au dollar en 24 ans. La Banque du Japon (BoJ) maintient inchangée sa politique de contrôle des taux d’intérêt, amplifiant ainsi le décalage avec les autres grandes banques centrales et, par conséquent, les pressions à la baisse sur la devise. Le rythme d’inflation est certes important pour le pays (3,0% a/a en juillet), mais il reste sous contrôle et à un niveau moindre qu’en 2014 et le début du programme Abenomics. Même si elles se resserrent, des marges de manœuvre demeurent donc pour la BoJ. D’autant qu’avec un niveau de PIB près de 2,5% inférieur à son niveau de l’été 2019, le Japon reste le pays du G7 où la reprise de l’activité a été la moins prononcée depuis deux ans.

L’économie nippone pâtit de multiples obstacles, en plus de la crise énergétique. Des restrictions d’accès au pays sont maintenues dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, même si elles seront, pour la plupart, levées le 11 octobre prochain. Le secteur industriel, qui représente près de 20% de l’activité nationale, est toujours fragilisé par des problèmes d’approvisionnement ainsi que par la situation économique en Chine, où la politique zéro-Covid et les difficultés du secteur immobilier engendrent un ralentissement de la demande. La Chine reste le premier pays de destination des biens japonais[1]. Le confinement instauré à Shanghai en mai dernier avait, par exemple, conduit à un plongeon de la production industrielle du Japon (-7,5% m/m en mai). Celle-ci avait par la suite rebondi, une fois le confinement levé.

Japon : croissance et inflation

La Banque du Japon (BoJ) souhaite l’enclenchement d’une boucle prix-salaires comme condition préalable à un réajustement de sa politique monétaire. Or, celle-ci ne se matérialise pas. Les salaires sont même en baisse de 2,1% a/a en juillet en termes nominaux et de 4,7% a/a en termes réels.[2] Le faible dynamisme des salaires reflète en partie des rigidités structurelles très ancrées dans le pays. Mais la remontée de l’inflation et des problèmes de recrutements toujours très importants, visibles notamment dans les enquêtes du Tankan, constituent une conjonction inédite propice à tirer les salaires vers le haut. Le taux de chômage avait atteint un record à 2,2% juste avant la pandémie mondiale. Il pourrait s’en rapprocher à nouveau, certains indicateurs de tensions sur le marché du travail étant revenus cet été tout proches des records d’avant-crise.[3]

De plus, les entreprises nippones possèdent des marges de manœuvre conséquentes pour rehausser les salaires si nécessaire. Selon les chiffres du ministère des Finances, elles ont enregistré des bénéfices avant impôts records au deuxième trimestre 2022 (en niveau [Y24,6 tr] et en part de PIB [18%]). La hausse des coûts de production, exacerbée par la baisse du yen, semble donc, pour l’heure, avoir été bien absorbée par les entreprises, qui ont répercuté une grande partie de cette augmentation sur les consommateurs. Néanmoins, le renchérissement des importations a laissé ses marques sur la balance commerciale du pays : celle-ci, qui enregistrait encore un excédent confortable de Y262 mds (USD 1,82 mds) en juillet 2021, accusait un déficit record de Y1808,7 mds (USD 12,6 mds) douze mois plus tard.

La crise énergétique mondiale et l’exacerbation des tensions géopolitiques en mer de Chine ont engendré, au cours des dernières semaines, des revirements politiques majeurs au Japon. Le gouvernement de Fumio Kishida a, tout d’abord, annoncé le redémarrage, d’ici à l’été 2023, de 17 réacteurs nucléaires à l’arrêt depuis la catastrophe de Fukushima en 2011. De nouvelles constructions d’usines nucléaires pourraient également voir le jour. Au cours de la dernière décennie, la part du nucléaire dans le mix énergétique du pays s’est considérablement réduite, passant de 13% (2009) à 3% (2019), une baisse compensée surtout par les énergies fossiles et le solaire.

Second bouleversement majeur, les investissements militaires devraient être revus à la hausse drastiquement au cours des cinq prochaines années, avec un doublement possible des dépenses publiques vers ce secteur d’ici à 2027. Des chiffres plus précis seront dévoilés en fin d’année, avec la validation du budget pour 2023 et la présentation de la nouvelle stratégie de sécurité nationale. Les dépenses militaires n’avaient oscillé qu’entre 0,8% et 1,0% au cours des soixante dernières années. Ces dépenses viendront néanmoins alimenter le déficit et la dette publics, prévus, dans le budget 2022, à respectivement 6,5% et 249,6% du PIB. Dans ce contexte politico-économique difficile, freiner les dépenses publiques ne sera pas, une nouvelle fois, une priorité pour l’administration en place.

Achevé de rédiger le 19 septembre 2022


[1] Sa part dans les exportations totales s’établissant à 21,6% en 2021, contre 18,0% pour les Etats-Unis (Source : IMF Direction of Trade Statistics).

[2]Family income and expenditures survey, Statistics Bureau of Japan

[3] Le ratio entre les nouvelles ouvertures de postes et les demandeurs d’emploi est remonté à 2,4 en juillet, tout proche du record historique d’avril 2019 (2,48).

Découvrir les autres articles de la publication

Global
La narration d'une récession

La narration d'une récession

L’inflation domine l’actualité économique depuis des mois, mais avec des resserrements monétaires agressifs, cela ne devrait pas durer. Dans le même temps, les craintes de récession s’intensifient [...]

LIRE L'ARTICLE
Etats-Unis
Proches du pic d’inflation ?

Proches du pic d’inflation ?

Après une deuxième contraction de son PIB au T2, les perspectives de l’économie américaine sont pour le moins incertaines. Les pressions inflationnistes donnent des signes de détente mais le rythme de désinflation pourrait être plus lent que prévu [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Malaise

Malaise

Le redressement de l’activité économique depuis la fin des confinements imposés à Shanghai au printemps a été très progressif [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
En route vers la récession  ?

En route vers la récession ?

La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres [...]

LIRE L'ARTICLE
Allemagne
De l'eau dans le gaz

De l'eau dans le gaz

La question n’est plus désormais de savoir si l’Allemagne tombera ou non en récession, mais plutôt de savoir quand et dans quelle ampleur [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Une récession à venir  ?

Une récession à venir ?

La croissance française a surpris à la hausse au 2e trimestre (+0,5% t/t), soutenue par l’impact positif de la levée des restrictions liées à la Covid-19 sur le tourisme et les loisirs [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
D’une reprise solide à des perspectives incertaines

D’une reprise solide à des perspectives incertaines

Au cours du premier semestre 2022, l’économie italienne a progressivement gagné en vigueur. Au deuxième trimestre 2022, le PIB réel était 1,1% plus élevé qu’au quatrième trimestre 2019. L’acquis de croissance pour 2022 est de 3,5% [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Le choc inflationniste est rude

Le choc inflationniste est rude

L’hiver s’annonce difficile. Bien que son l’Espagne soit structurellement moins vulnérable aux ruptures énergétiques, le choc inflationniste est violent et il ne fléchit pas, avec une inflation à plus de 10% en août [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
La tension monte

La tension monte

Le PIB belge a progressé de 0,2 % au deuxième trimestre 2022. La consommation privée a poursuivi sa trajectoire à la hausse au cours du premier semestre, mais devrait ralentir puisque l’inflation reste à son plus haut niveau historique [...]

LIRE L'ARTICLE
Portugal
Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Avec un risque de pénuries énergétiques relativement contenu, le Portugal enregistrerait cette année une croissance économique parmi les plus importantes de la zone euro. Plusieurs facteurs favorables sont à l’œuvre [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Politique du logement : histoire d’une grande réussite

Politique du logement : histoire d’une grande réussite

La Finlande, à l’instar des autres pays nordiques, s’est montrée particulièrement résistante jusqu’ici aux chocs actuels, mais le ciel s’assombrit sur le « pays du soleil de minuit » [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Un soutien budgétaire essentiel

Un soutien budgétaire essentiel

La croissance britannique s’est légèrement contractée au T2 mais l’économie ne devrait pas entrer en récession avant le T4 [...]

LIRE L'ARTICLE
Suède
Blocage institutionnel en perspective

Blocage institutionnel en perspective

Après huit années passées dans l’opposition, les conservateurs ont repris les rênes du pouvoir en Suède dans un contexte peu favorable. Si l’activité économique a bien résisté jusqu’ici, elle montre des signes nets de ralentissement [...]

LIRE L'ARTICLE
Suisse
Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Le pays helvétique se démarque des autres pays européens par des pressions inflationnistes nettement moindres [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE