Emerging

Reprise sous contraintes

e
Eco Emerging // 3 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
7
PHILIPPINES  
REPRISE SOUS CONTRAINTES  
La situation sanitaire peine à s’améliorer aux Philippines. Après une deuxième vague particulièrement sévère, le  
nombre de nouveaux cas de Covid-19 semble s’être stabilisé, mais leur niveau reste élevé. Dans le même temps, le  
taux de vaccination complète est très faible, ce qui induit le maintien de contraintes sanitaires strictes qui pèsent  
sur la demande interne et le secteur du tourisme. Après un recul de plus de 9% du PIB en 2020, le rebond d’activité  
sera modéré en 2021. Cela dit, le potentiel de croissance reste élevé, les efforts de réforme entrepris au cours de la  
dernière décennie ayant porté leurs fruits.  
RÉCESSION SÉVÈRE EN 2020  
L’économie Philippine a été l’une des plus touchées de la région par  
la crise du Covid-19. L’arrêt brutal de l’activité, causé par les mesures  
sanitaires très strictes imposées dès la mi-mars 2020, a lourdement  
pesé sur la demande interne. L’investissement et la consommation  
privée ont reculé de 27% et 8% respectivement en 2020. Dans le même  
temps, les recettes du tourisme (qui représentaient près de 13% du PIB  
en 2019) ont chuté d’environ 80%.  
PRÉVISIONS  
2
019  
2020  
2021e  
2022e  
PIB réel, variation annuelle, %  
Inflation, IPC, var. annuelle, %  
Solde budgétaire, % du PIB  
5.9  
-9.3  
2.6  
5.1  
6.8  
2.5  
3.8  
2.5  
-3.5  
39.5  
-0.8  
87.8  
87.8  
6.9  
-7.5  
54.5  
3.6  
-6.0  
55.1  
1.9  
-4.5  
55.0  
1.0  
Dette du gouvernement , % du PIB  
Balance courante, % du PIB  
Au total, en dépit du soutien massif des autorités (la banque centrale  
et le gouvernement ont mis en place des mesures représentant plus de  
1
4% du PIB), le PIB réel a reculé de 9,3%. À titre de comparaison, le PIB  
Dette externe, % du PIB  
109.8  
110.1  
10.1  
104.4  
112.1  
11.1  
103.5  
114.1  
9.8  
des pays de l’ASEAN-5 a reculé de 3,4% en moyenne.  
Réserves de change, mds USD  
Réserves de change, en mois d'imports  
DIFFICILE STABILISATION DE LA SITUATION SANITAIRE  
E: ESTIMATIONS ET PRÉVISIONS  
TABLEAU 1  
SOURCE : BNP PARIBAS RECHERCHE ECONOMIQUE GROUPE  
La croissance devrait rebondir en 2021-2022, principalement portée  
par la reprise de la demande mondiale, le soutien de la politique  
publique et les effets de base, mais les risques restent très fortement  
orientés à la baisse.  
VACCINATION TOTALE DANS LES PAYS DE L’ASEAN  
La hausse du nombre d’infections à partir de la mi-mars a en effet  
interrompu la reprise d’activité observée depuis la fin du troisième  
trimestre. Après avoir été stable autour de 1 500 cas depuis mi-  
novembre, le nombre de nouveaux cas quotidiens a progressé très  
rapidement, pour atteindre près de 10 000 cas début avril 2021, soit  
un niveau nettement supérieur à celui atteint lors du premier pic, en  
août 2020 (4 500 cas). Après avoir été progressivement levées, des  
restrictions sanitaires ont donc de nouveau été imposées à l’ensemble  
du pays mi-mars (dont des mesures particulièrement strictes à Metro  
Manila, la région capitale nationale, qui représente plus de 70% du  
PIB). Les capacités hospitalières (et de réanimation) du pays restent  
par ailleurs très limitées.  
Le PIB a de nouveau reculé au T1, de 12% en variation trimestrielle (t/t),  
après avoir enregistré une croissance de 16% t/t au T4, seul trimestre  
de croissance au cours de l’année 2020. Le rebond des exportations  
de biens et la bonne tenue de la demande publique (des mesures  
additionnelles ont été annoncées en mars 2021) n’ont pas permis de  
compenser le nouveau recul de la demande intérieure.  
Taux de vaccination (% de la population totale)  
9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
Indonésie  
Malaisie  
Philippines  
Thaïlande  
0
1/2021  
02/2021  
03/2021  
04/2021  
05/2021  
06/2021  
07/2021  
GRAPHIQUE 1  
SOURCE : OUR WORLD IN DATA  
doses reçues via le système COVAX). L’objectif du gouvernement est de  
vacciner 65% de la population d’ici le 31 décembre 2021.  
Les perspectives pour le reste de l’année 2021 restent mitigées : d’une  
part, le nombre de nouveaux cas quotidiens décroît depuis la mi-juin Le déséquilibre entre nouvelles contaminations / taux de vaccination  
mais reste relativement élevé (il était inférieur à 5 500 au début du mois pourrait donc être long à résorber, ce qui imposerait la prolongation  
de juillet), d’’autre part, le taux de vaccination reste faible (2,6% de la des contraintes sanitaires. La demande interne et le secteur du tou-  
population avait reçu deux doses de vaccin le 5 juillet), le gouvernement risme devraient donc rester durablement pénalisés.  
ayant rencontré de nombreuses difficultés d’approvisionnement. La  
campagne de vaccination devrait cependant accélérer au cours du  
deuxième semestre (notamment grâce à une quantité importante de  
La banque  
d’un monde  
qui change  
e
Eco Emerging // 3 trimestre 2021  
economic-research.bnpparibas.com  
8
LES FONDAMENTAUX MACROÉCONOMIQUES RESTENT  
SOLIDES  
ENTRÉES D’IDE  
1
200  
000  
Entrées d'IDE (USD mds, 12mm)  
Cela dit, en dépit de l’ampleur du choc et des perspectives de reprise  
modérée à court terme, les fondamentaux macroéconomiques restent  
solides.  
1
La vulnérabilité externe est ainsi demeurée très faible en 2020, et  
pourrait diminuer encore : le peso s’est légèrement apprécié contre  
le dollar, le montant des réserves de change a progressé, et le solde  
courant a été positif (3,6% du PIB) pour la première fois depuis 2015,  
la chute des importations et la relative bonne tenue des transferts  
des travailleurs étrangers ayant largement compensé la baisse  
des exportations. L’excédent courant devrait diminuer au cours des  
prochains trimestres, les importations se redressant en ligne avec le  
rebond d’activité. À terme cependant, la compétitivité de l’économie  
devrait permettre de renforcer encore davantage les exportations du  
pays (de services, notamment).  
800  
600  
400  
200  
0
2014  
2015  
2016  
2017  
2018  
2019  
2020  
2021  
Après avoir diminué en 2019-2020, les investissements directs  
étrangers (IDE) devraient augmenter de nouveau, sous l’impulsion  
de nouvelles mesures mises en place par le gouvernement. D’après  
l’OCDE, et en dépit de réformes régulières depuis 2016, les Philippines  
disposaient toujours en 2019 du cadre le plus restrictif des pays de  
GRAPHIQUE 2  
SOURCE : BANQUE CENTRALE  
l’ASEAN en matière d’IDE (concernant les seuils autorisés pour les La dette publique s’est établie à près de 55% du PIB en 2020 (elle était  
participations étrangères, les mécanismes de filtrage ou d’autorisation, inférieure à 40% en 2019) et devrait augmenter davantage en 2021-  
lesrestrictionsàl’emploid’étrangersàdespostesclés,etlesrestrictions 2022. L’année 2020 a donc « effacé » plus de 10 années consécutives  
à l’exploitation). Cette observation était valable dans quasiment tous de consolidation (la dette publique représentait 52% du PIB en 2009),  
les secteurs, y compris dans les projets d’infrastructures pourtant mis mais le profil de la dette est nettement plus favorable aujourd’hui  
en avant par le gouvernement (transport maritime, transport routier, (maturités plus longues, large part de la dette émise sur le marché  
télécommunications fixes et mobiles par exemple).  
local, part de la dette en devises en nette baisse). En outre, la banque  
centrale a annoncé qu’elle poursuivrait au moins jusqu’à la fin de 2021  
le programme de rachat d’actifs initié début 2020, de manière à aider  
le gouvernement à couvrir ses besoins de financement.  
L’adoption de la loi Corporate Recovery and Tax Incentives for  
Enterprises (CREATE), en mars 2021, devrait participer à l’amélioration  
du climat des affaires et faciliter les projets d’investissements privés,  
domestiques et étrangers. Entre autres incitations, la loi propose une Enfin, le potentiel de croissance reste très élevé (estimé à 6,5% par  
réduction de l’impôt sur les sociétés (actuellement le plus élevé des an) et, surtout, il ne s’est pas dégradé en dépit de l’ampleur du choc.  
pays de l’ASEAN) de 30% à 25% (la baisse est rétroactive depuis le mois L’économie est diversifiée, la population jeune, et les efforts de réforme,  
de Juillet 2020). Les entreprises étrangères bénéficieront ensuite d’une maintenus en 2020, permettront de soutenir la productivité à moyen-  
baisse de 1 point par an, pour arriver à 20% en 2027, tandis que les long terme. Par ailleurs, le taux de chômage a continuellement baissé  
PME locales bénéficient d’ores et déjà d’une baisse du taux d’imposition de 2005 à fin 2019, signalant un renforcement du marché du travail  
à 20%. Plusieurs autres projets de loi sont en discussion.  
en dépit d’une population en âge de travailler toujours en croissance.  
De la même manière, les réformes fiscales entreprises au cours de la  
dernière décennie ont porté leurs fruits. Au début de l’année 2020, les  
marges de manœuvre budgétaires étaient suffisamment importantes  
pour permettre un soutien massif à l’économie et au système de santé.  
Achevé de rédiger le 5 juillet 2021  
Le déficit public a augmenté significativement en 2020 (à 7,5% du PIB  
en 2020, contre 3,5% en 2019) et restera élevé en 2021-2022. Il devrait  
néanmoins se résorber progressivement avec l’arrêt des mesures  
de soutien et le rebond de l’activité. En outre, de nouvelles mesures  
d’amélioration de la collecte des impôts ont été mises en place en  
Hélène DROUOT  
helene.drouot@bnpparibas.com  
2
020. Elles visent à compenser en partie l’augmentation des dépenses  
relatives à la crise du Covid-19 à court terme et la diminution de  
revenus consécutive à la baisse de l’impôt sur les sociétés, induite  
par la loi CREATE, à moyen terme. La consolidation pourrait toutefois  
prendre du temps, et la tenue de l’élection présidentielle en 2022  
introduit une incertitude quant à la politique économique qui sera  
menée par le prochain gouvernement.  
La banque  
d’un monde  
qui change  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2764 articles et 733 vidéos