Eco Perspectives

De l'eau dans le gaz

22/09/2022

La question n’est plus désormais de savoir si l’Allemagne tombera ou non en récession, mais plutôt de savoir quand et dans quelle ampleur. La surprenante résistance de son PIB au 2e trimestre ne doit pas cacher les perspectives très dégradées d’ici la fin d’année. Entre les contraintes d’approvisionnement qui perdurent, le nouveau risque de pénuries d’énergie, l’envolée des coûts de production et une inflation élevée et généralisée qui détériore fortement le pouvoir d’achat des ménages, l’Allemagne ne devrait pas échapper à un recul de son PIB. L’ampleur de la baisse devrait néanmoins rester modérée.

Certes, le PIB allemand a dépassé les attentes au 2e trimestre en se stabilisant (+0,1% t/t), contrairement à la baisse prévue. Cela s’explique en grande partie par le soutien de la consommation publique qui a une nouvelle fois enregistré une vive progression (+2,3% t/t). Les autres moteurs de la demande intérieure, la consommation privée comme l’investissement, sont à des niveaux dégradés (respectivement à -1,6% et -2% sous leur niveau de fin 2019).

Allemagne : croissance et inflation

Sur la seconde moitié de l’année, les perspectives allemandes sont lourdement menacées par le risque de pénuries d’énergie, notamment depuis le 2 septembre, date à laquelle Gazprom a décidé d’interrompre ses livraisons de gaz via le gazoduc NordStream1.

Même si les stocks de gaz devraient être remplis d’ici début novembre, ce qui constitue une sécurité à court terme, ils ne peuvent pallier que deux mois de consommation. En cas de risque de « blackout », le gouvernement allemand pourrait rationner volontairement l’approvisionnement des secteurs industriels qui consomment le plus d’énergie. Quatre grands secteurs apparaissent comme particulièrement énergivores : l’industrie chimique, la fabrication de bois/papier, l’industrie métallurgique, la production de caoutchouc/plastique (graphique 2).

Indice d'intensité énergétique de l'industrie

Un arrêt, même partiel, de ces industries auraient un impact majeur sur l’activité du pays puisque, d’une part, ils représentent près d’un tiers de la valeur ajoutée de l’industrie (31,9%, soit 6,2% du PIB) et, d’autre part, ce sont également des fournisseurs d’un grand nombre d’autres secteurs.

Les premiers indicateurs disponibles pour le trimestre en cours montrent déjà une dégradation assez nette de l’activité économique. La production manufacturière (-1% m/m en juillet à -4,8% sous son niveau d’avant-crise) et les nouvelles commandes adressées à l’industrie (-1,1% m/m en juillet, soit une baisse de -9,3% depuis début 2022) sont en recul.

Du côté du commerce extérieur, la détérioration de la situation est tout aussi perceptible avec une nette réduction de l’excédent commercial (EUR -800 millions sur un mois en juillet à EUR 5,4 mds contre près de EUR 20 mds fin 2019). Les enquêtes confirment l’effritement de l’activité à la fin du 3e trimestre. Les PMI pour le mois d’août se dégradent aussi bien dans l’industrie que dans les services, et se situent tous deux sous leur niveau théorique d’expansion.

Sur l’ensemble de l’année 2022, la croissance du PIB atteindrait 1,4% grâce à un acquis de croissance de +1,8% à la fin du T2, mais le PIB se contracterait ensuite sur la deuxième partie de l’année. En revanche, l’activité serait en quasi-stagnation en 2023 avec un taux de croissance prévu à 0,4%.

L’Allemagne doit par ailleurs faire face à une inflation très élevée. L’indice harmonisé des prix à la consommation est ressorti en hausse de +8,3% sur un an en août. Le choc énergétique s’est très rapidement propagé aux biens manufacturés, dont la hausse atteint 14,7% a/a. Les pressions inflationnistes devraient se poursuivre sur la fin d’année et l’inflation atteindrait +8,1% en moyenne sur 2022, puis ralentirait significativement en 2023 à +4,7%.

Si les prix ne cessent d’accélérer, les revenus distribués aux travailleurs (incluant le salaire et les primes) ont, quant à eux, ralenti en termes nominaux au 2e trimestre (+2,9% a/a après +4% a/a au T1) du fait de la réduction des primes, qui a conduit à une très forte baisse des salaires réels (-4,4% a/a après -1,8% a/a au T1).

Face à une telle détérioration du pouvoir d’achat, le gouvernement d’Olaf Scholz a annoncé le 4 septembre dernier de nouvelles mesures de soutien pour un montant de EUR 65 mds (soit 1,8% du PIB). Parmi elles : un chèque énergie pour les retraités (EUR 300) et pour les étudiants (EUR 200). Avec un montant total de dépenses dépassant 3,5% de son PIB selon les estimations de Bruegel, l’Allemagne est désormais l’un des pays les plus interventionnistes d’Europe face au choc inflationniste et à la crise énergétique.

Achevé de rédiger le 16 septembre 2022

Découvrir les autres articles de la publication

Global
La narration d'une récession

La narration d'une récession

L’inflation domine l’actualité économique depuis des mois, mais avec des resserrements monétaires agressifs, cela ne devrait pas durer. Dans le même temps, les craintes de récession s’intensifient [...]

LIRE L'ARTICLE
Etats-Unis
Proches du pic d’inflation ?

Proches du pic d’inflation ?

Après une deuxième contraction de son PIB au T2, les perspectives de l’économie américaine sont pour le moins incertaines. Les pressions inflationnistes donnent des signes de détente mais le rythme de désinflation pourrait être plus lent que prévu [...]

LIRE L'ARTICLE
Chine
Malaise

Malaise

Le redressement de l’activité économique depuis la fin des confinements imposés à Shanghai au printemps a été très progressif [...]

LIRE L'ARTICLE
Japon
La Banque du Japon garde le cap

La Banque du Japon garde le cap

Le yen a continué de plonger cet été, atteignant son plus bas niveau face au dollar en 24 ans [...]

LIRE L'ARTICLE
Zone euro
En route vers la récession  ?

En route vers la récession ?

La conjonction actuelle inédite des chocs - inflationniste, sanitaire, géopolitique, énergétique, climatique, monétaire - devrait avoir raison de la résistance de la zone euro et la plonger en récession à l’horizon des prochains trimestres [...]

LIRE L'ARTICLE
France
Une récession à venir  ?

Une récession à venir ?

La croissance française a surpris à la hausse au 2e trimestre (+0,5% t/t), soutenue par l’impact positif de la levée des restrictions liées à la Covid-19 sur le tourisme et les loisirs [...]

LIRE L'ARTICLE
Italie
D’une reprise solide à des perspectives incertaines

D’une reprise solide à des perspectives incertaines

Au cours du premier semestre 2022, l’économie italienne a progressivement gagné en vigueur. Au deuxième trimestre 2022, le PIB réel était 1,1% plus élevé qu’au quatrième trimestre 2019. L’acquis de croissance pour 2022 est de 3,5% [...]

LIRE L'ARTICLE
Espagne
Le choc inflationniste est rude

Le choc inflationniste est rude

L’hiver s’annonce difficile. Bien que son l’Espagne soit structurellement moins vulnérable aux ruptures énergétiques, le choc inflationniste est violent et il ne fléchit pas, avec une inflation à plus de 10% en août [...]

LIRE L'ARTICLE
Belgique
La tension monte

La tension monte

Le PIB belge a progressé de 0,2 % au deuxième trimestre 2022. La consommation privée a poursuivi sa trajectoire à la hausse au cours du premier semestre, mais devrait ralentir puisque l’inflation reste à son plus haut niveau historique [...]

LIRE L'ARTICLE
Portugal
Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Un choc énergétique moins important qu’ailleurs

Avec un risque de pénuries énergétiques relativement contenu, le Portugal enregistrerait cette année une croissance économique parmi les plus importantes de la zone euro. Plusieurs facteurs favorables sont à l’œuvre [...]

LIRE L'ARTICLE
Finlande
Politique du logement : histoire d’une grande réussite

Politique du logement : histoire d’une grande réussite

La Finlande, à l’instar des autres pays nordiques, s’est montrée particulièrement résistante jusqu’ici aux chocs actuels, mais le ciel s’assombrit sur le « pays du soleil de minuit » [...]

LIRE L'ARTICLE
Royaume-Uni
Un soutien budgétaire essentiel

Un soutien budgétaire essentiel

La croissance britannique s’est légèrement contractée au T2 mais l’économie ne devrait pas entrer en récession avant le T4 [...]

LIRE L'ARTICLE
Suède
Blocage institutionnel en perspective

Blocage institutionnel en perspective

Après huit années passées dans l’opposition, les conservateurs ont repris les rênes du pouvoir en Suède dans un contexte peu favorable. Si l’activité économique a bien résisté jusqu’ici, elle montre des signes nets de ralentissement [...]

LIRE L'ARTICLE
Suisse
Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Franc suisse : bouclier indéfectible contre l’inflation

Le pays helvétique se démarque des autres pays européens par des pressions inflationnistes nettement moindres [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Félix  BERTE
Equipe : Economies OCDE
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Hélène BAUDCHON
Equipe : Economies OCDE
Anthony Morlet-Lavidalie
Equipe : Economies OCDE
Stéphane Colliac
Equipe : Economies OCDE
Paolo CIOCCA
Equipe : Economies OCDE
Simona COSTAGLI
Equipe : Economies OCDE