Baromètre

Un hiver rude

06/02/2022

Si l’Allemagne n’est pas le pays de la zone euro où l’inflation est la plus élevée, la dynamique n’en reste pas moins inconfortable. Les prix à la consommation y enregistraient encore une hausse conséquente à 5,1% en g.a. en janvier (indice harmonisé), en retrait néanmoins par rapport à décembre 2021 (5,7%). La disparation des effets de base positifs, induits par le retour des taux de TVA à leur niveau antérieur après leur baisse au second semestre 2020, ne s’est donc pas matérialisée par une chute marquée de l’inflation.

D’autres facteurs se sont fortement renforcés, au premier rang desquels l’augmentation des prix énergétiques. La composante « énergie » de l’IPC[1] a enregistré en janvier dernier sa plus forte progression mensuelle depuis juillet 1991, à +7,3% (+20,5% en glissement annuel). Avec les cours du pétrole désormais au plus haut depuis huit ans et l’escalade des tensions à l’est de l’Europe, un relâchement significatif des prix énergétiques pour les ménages est de moins en moins probable à court terme.

L’économie allemande, qui a vu son PIB réel se contracter de 0,7% t/t au T4 2021, continue néanmoins d’afficher une bonne dynamique sur le front de l’emploi. Selon le ministère fédéral du Travail, la baisse du chômage s’est accélérée en janvier (-48 000) et le taux de chômage est en reflux de 0,1 point par rapport à décembre 2021, atteignant 5,1%. Autres témoins de cette vigueur, les nouvelles créations de postes, près de 840 000 en janvier, n’ont jamais été aussi élevées depuis 1992, début des statistiques actuelles. Revers de la médaille : de nombreux postes ne trouvent pas preneurs et les pénuries de main d’œuvre semblent s’intensifier.[2]

L’activité industrielle reste, de plus, freinée par les problèmes d’approvisionnement. Toujours conséquents en janvier, ils touchent la plupart des secteurs, comme le montre le dernier sondage Ifo[3]. Néanmoins, celui-ci fait état d’un léger relâchement visible aussi dans les indices PMI. Ceux-ci indiquent, en janvier, un nouveau raccourcissement des délais de livraison et une augmentation des commandes manufacturières pour la première fois depuis six mois. Une amélioration perceptible également dans le sondage Ifo : l’indice du climat des affaires, en baisse depuis juin dernier, s’est légèrement redressé en janvier.

Evolution trimestrielle des indicateurs allemands


[1] Inclut les prix des carburant automobiles et l’énergie domestique.

[2] C’est tout du moins ce que suggère la dernière enquête trimestrielle de la Commission européenne.

[3] https://www.ifo.de/en/node/67761

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Banque centrale européenne : des règles et une bonne dose d’appréciation

Banque centrale européenne : des règles et une bonne dose d’appréciation

La dernière conférence de presse de Christine Lagarde montre l’évolution assez significative de la position du Conseil des gouverneurs de la BCE en matière de perspectives d’inflation [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Des retards de livraison stables au niveau mondial, mais la situation s’améliore dans plusieurs pays de la zone euro

Des retards de livraison stables au niveau mondial, mais la situation s’améliore dans plusieurs pays de la zone euro

Le PMI manufacturier mondial s’est inscrit en retrait en janvier, en partie sous l’effet du repli enregistré aux États-Unis, tandis qu’il a poursuivi sa progression dans la zone euro [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
L'impulsion du crédit demeure négative au T4 mais continue de se redresser

L'impulsion du crédit demeure négative au T4 mais continue de se redresser

Dans un contexte de reprise économique (rebond du PIB réel de +14,4% en glissement annuel au T2 2021 puis de +3,9% au T3 et +4,6% au T4, d’après l’estimation préliminaire d’Eurostat), les encours de prêts bancaires aux sociétés non financières (SNF) et aux ménages ont continûment accéléré dans la zone euro de mai à décembre 2021. Même si d’importants effets de base la maintenaient en territoire négatif, leur impulsion (qui reflète la variation, sur un an, de la croissance annuelle des encours) s’est donc redressée pour s’établir, en décembre 2021, à -0,6%.

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Covid-19 : première baisse du nombre de contaminations dans le monde depuis plus de deux mois

Covid-19 : première baisse du nombre de contaminations dans le monde depuis plus de deux mois

Selon les dernières données de l’université Johns-Hopkins, plus de 22 millions de nouveaux cas ont été signalés dans le monde entre le 27 janvier et le 2 février, soit une diminution de -3% par rapport à la semaine précédente [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Céline CHOULET
Equipe : Economie bancaire
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques