Eco Emerging

Double peine

10/10/2022

Hors Chine, l’activité dans les pays émergents a stagné au T2 2022 et les enquêtes de confiance réalisées tant auprès des entreprises que des ménages indiquent que le ralentissement va se poursuivre. L’inflation continue sa progression et s’accompagne de nouveaux tours de vis des banques centrales, y compris en Asie. À la dégradation de la demande extérieure et des conditions financières domestiques, s’ajoutent le resserrement monétaire aux États-Unis et l’appréciation du dollar. C’est donc la double peine pour les pays émergents. Mais ce sont les pays en développement, confrontés de surcroît à la crise alimentaire et à une situation de surendettement, qui inquiètent le plus.

Le ralentissement se confirme

Les signes de ralentissement ou de contraction de l’activité se confirment depuis le printemps et se sont multipliés durant l’été. La Chine a ouvert le bal avec une baisse de 2,6% de son PIB au T2. Hors Chine, le PIB de notre échantillon de 26 principaux pays émergents a stagné. Il s’est même déjà contracté pour certains d’entre eux (Afrique du Sud, Inde, Pologne, Taiwan). Chine incluse, le PIB a reculé de 1% au T2 2022 par rapport au T1. Au cours de l’été, l’opinion des industriels sur leurs carnets de commandes a continué de se dégrader, notamment pour les pays fortement exportateurs en Asie (Chine, Corée du Sud, Taiwan) et en Europe centrale (Hongrie, République tchèque). Le commerce mondial ralentit, les prix du pétrole et des métaux se sont retournés depuis la mi-juin et le baltic dry index (indice de prix de référence du transport maritime et indicateur avancé des échanges commerciaux) s’est normalisé après son envolée de 2021.

Dans nombre de pays, la confiance des ménages est retombée à son niveau du printemps 2020. L’accélération de l’inflation en est la raison principale. L’inflation dépasse 15% sur un an dans la plupart des pays d’Europe centrale, elle s’échelonne entre 8% et 14% en Amérique latine (hors Argentine) et se propage maintenant en Asie (à l’exception de la Chine, Hong Kong et Taiwan) dans une fourchette de 4% à 8%. Par conséquent, les politiques monétaires continuent de se durcir, y compris en Asie.

Double peine

À la dégradation de la demande extérieure et des conditions financières domestiques (inflation et hausse des taux d’intérêt directeurs), s’ajoutent le resserrement monétaire aux États-Unis et l’appréciation du dollar US. D’après l’Institute for International Finance (IIF), les investissements de portefeuille obligataires vers les pays émergents, Chine exclue, ont bien résisté, atteignant USD 75 mds sur les neufs premiers mois de l’année. Autrement dit, jusqu’à présent, les rendements de la dette souveraine en monnaie locale n’ont pas subi une double peine (i.e. l’effet de la remontée des taux d’intérêt directeurs combiné à l’effet des retraits d’investissements des non-résidents).

Pour autant, l’appétit pour les marchés émergents a faibli. Les pays émergents sont par nature plus sensibles que les pays avancés au durcissement des conditions financières américaines. Premièrement, dollar et cours des matières premières sont généralement négativement corrélés. Les variations des seconds sont souvent plus fortes que celles de la devise américaine, de sorte que les pays exportateurs de matières premières subissent une perte de pouvoir d’achat. Deuxièmement, l’appréciation du dollar alourdit la charge et le poids de la dette extérieure. Enfin, les coûts de financement en dollar augmentent d’autant plus que les primes de risque ont tendance à s’élargir.

Dette libellée en dollar US du secteur non bancaire des pays émergents

D’après les estimations de l’IIF, la part de la dette du secteur non bancaire (i.e. États + entreprises + ménages) libellée en dollars a fortement augmenté en Turquie et en Amérique latine (Chili, Colombie, Mexique). Pour les autres pays émergents, cette part est restée stable et modérée (graphique 1). L’effet dollar ne doit donc pas être surestimé ni généralisé. Par ailleurs, les primes de risque sur la dette obligataire en devise des emprunteurs souverains classés « investment grade » (principalement des pays émergents) sont restées stables depuis le début de l’année.

En revanche, nombre de pays en développement, beaucoup plus fragiles, se sont financés sur le marché obligataire international et ont obtenu des financements de la Chine. La part de la dette publique en dollars y a fortement progressé au cours de la dernière décennie. Ce sont par ailleurs des pays de la catégorie speculative grade dont les primes de risque se sont fortement élargies.

Les pays en développement subissent par ailleurs une autre double peine. D’après le Global Report on food crisis, 45 pays totalisant 180 millions de personnes risquent d’être confrontés à une crise alimentaire ou le sont déjà en raison des conflits externes ou internes, des conditions climatiques ou des chocs économiques comme celui de la Covid-19. Or, d’après l’IIF, sur 35 pays confrontés à une crise alimentaire, près de la moitié, essentiellement en Afrique, rencontrent de grandes difficultés à rembourser le service de leur dette (situation de debt distress), lequel s’élèvera à plus de USD 10 milliards en 2023. Dans ces circonstances, les appels de pays à renégocier leur dette ne peuvent que se multiplier.

Achevé de rédiger le 4 octobre 2022.

Découvrir les autres articles de la publication

Chine
Une économie fragilisée à la veille du Congrès du Parti

Une économie fragilisée à la veille du Congrès du Parti

Le redressement de l’activité depuis la fin des confinements imposés à Shanghai au printemps dernier a été très progressif [...]

LIRE L'ARTICLE
Inde
Malgré les fortes pressions, l’économie résiste

Malgré les fortes pressions, l’économie résiste

Bien que toujours dynamique, la croissance économique a ralenti au premier trimestre de l’exercice budgétaire en cours [...]

LIRE L'ARTICLE
Indonésie
Perspectives moins favorables

Perspectives moins favorables

Au cours des six premiers mois de l’année 2022, l’économie a bien résisté aux conséquences du conflit en Ukraine et de la politique zéro-Covid de la Chine [...]

LIRE L'ARTICLE
Thaïlande
Optimisme prudent

Optimisme prudent

La reprise se poursuit en Thaïlande. Le rebond de la consommation privée et le retour progressif des touristes devraient aider, du moins à court terme, à compenser le ralentissement des exportations [...]

LIRE L'ARTICLE
Pologne
Quelques signes d’essoufflement

Quelques signes d’essoufflement

Le ralentissement de l’économie va sans doute se poursuivre au cours des prochains trimestres. Par ailleurs, la Pologne est confrontée à plusieurs défis [...]

LIRE L'ARTICLE
Slovaquie
Dépendance énergétique

Dépendance énergétique

Au deuxième trimestre 2022, tous les moteurs de la croissance ont ralenti [...]

LIRE L'ARTICLE
Mexique
Prudence

Prudence

Le dynamisme observé au premier semestre 2022 s’essouffle [...]

LIRE L'ARTICLE
Brésil
En décalage

En décalage

L’accélération de la croissance, le ralentissement de l’inflation, la baisse du chômage et l’interruption du cycle de resserrement monétaire distinguent le Brésil de la plupart des grandes économies [...]

LIRE L'ARTICLE
Egypte
Tensions persistantes sur la balance des paiements

Tensions persistantes sur la balance des paiements

Les comptes extérieurs égyptiens sont sous pression depuis le début de l’année et les perspectives sont incertaines [...]

LIRE L'ARTICLE
Qatar
La rente gazière joue à plein

La rente gazière joue à plein

Les indicateurs de l’économie qatarie, peu diversifiée et basée sur des contrats longs d’exportation de gaz, n’ont pas connu la même volatilité qu’ailleurs dans le Golfe au cours des cinq dernières années [...]

LIRE L'ARTICLE
Tunisie
L’inquiétude augmente

L’inquiétude augmente

Deux ans après le choc de la pandémie, la Tunisie est durement frappée par les conséquences du conflit en Ukraine. L’envolée des prix des matières premières conduit à une dégradation dangereuse des comptes extérieurs et des finances publiques [...]

LIRE L'ARTICLE
Kenya
Incertitudes

Incertitudes

En 2020-2021, grâce à son économie diversifiée, le Kenya avait relativement mieux résisté au choc de la pandémie que les autres économies d’Afrique sub-saharienne [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
François FAURE
Equipe : Risque pays
Christine PELTIER
Equipe : Risque pays
Johanna MELKA
Equipe : Risque pays
Hélène DROUOT
Equipe : Risque pays
Cynthia  Kalasopatan Antoine
Equipe : Risque pays
Salim HAMMAD
Equipe : Risque pays
Pascal DEVAUX
Equipe : Risque pays
Stéphane ALBY
Equipe : Risque pays
Perrine Guérin
Equipe : Risque pays