Perspectives

PDF
e
7
EcoPerspectives // 3 trimestre 2019  
economic-research.bnpparibas.com  
Japon  
Des risques en hausse  
Malgré un taux d’ouverture relativement contenu, la forte concentration des exportations japonaises sur la Chine, et les pays  
asiatiques plus généralement, fait peser un risque externe important sur la dynamique de l’activité japonaise. Le secteur  
manufacturier pâtit de cette situation mais ces difficultés ne semblent pas pour l’heure affecter les autres secteurs de l’économie. La  
hausse de TVA prévue en octobre favoriserait des effets d’anticipations du côté de la consommation des ménages et le niveau élevé  
des incertitudes constituerait un frein à l’investissement des entreprises. Dans ce contexte, la Banque du Japon maintiendrait une  
politique monétaire très accommodante, sans que toutefois celle-ci ne permette une accélération durable des prix.  
e
1- Croissance et inflation  
Touchée par un typhon au 3 trimestre, l’année 2018 a été marquée  
par une forte volatilité de la croissance au Japon. En 2019 puis en  
Croissance du PIB (%)  
Inflation (%)  
2
020, la hausse de TVA prévue en octobre devrait pénaliser la  
Prévision  
Prévision  
consommation privée en fin d’année tandis que la forte exposition à  
l’Asie, et à la Chine plus particulièrement, rend le Japon vulnérable  
à un ralentissement économique prolongé dans cette région.  
1
,9  
1,0  
Les yeux rivés sur l’Asie  
0,8  
0,6  
0,6  
0,6  
0
,5  
0,5  
L’activité économique japonaise a marqué un franc ralentissement  
0,2  
en 2018, avec une croissance annuelle de +0,8% après +1,9% en  
2
017.  
-
0,1  
er  
16  
17  
18  
19  
20  
16  
17  
18  
19  
20  
Le 1 trimestre 2019 est resté relativement dynamique, à +0,6% t/t.  
Le commerce extérieur a nettement soutenu la croissance, via  
essentiellement une contraction des importations, dans un contexte  
d’atonie de la demande interne. Les exportations ont également  
baissé, en particulier à destination du continent asiatique. Pour le  
reste de l’année, la hausse du taux de TVA de 8% à 10%, prévue  
en octobre et déjà repoussée deux fois par les autorités, conduirait  
à des comportements d’anticipations de la part des ménages. La  
consommation privée augmenterait ainsi sensiblement au T3 avant  
de ralentir au dernier trimestre. L’année 2020 s’en trouverait  
pénalisée. L’investissement pourrait de son côté pâtir d’un niveau  
toujours élevé d’incertitudes, en particulier dans le secteur  
manufacturier, davantage exposé au ralentissement actuel du  
commerce mondial et de l’économie chinoise (environ 20% des  
exportations japonaises sont à destination de la Chine). La dernière  
enquête Tankan de la Banque du Japon, qui fournit une indication  
de la confiance des entreprises du pays, indique à ce titre que la  
situation dans le secteur manufacturier japonais s’est de nouveau  
sensiblement dégradée. L’indice des directeurs d’achats (PMI)  
manufacturier envoie un message similaire, demeurant en juin  
inférieur au seuil d’expansion de 50 (49,3). Les autres secteurs  
semblent toutefois, pour l’heure, épargnés.  
Sources : Comptes nationaux, BNP Paribas  
2-Indicateur Tankan au Japon  
Toutes entreprises manufacturières  
---- Toutes entreprises non-manufacturières  
30  
20  
10  
0
-10  
-20  
-30  
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019  
Source : Banque du Japon  
Au total, la croissance au Japon fléchirait sensiblement à horizon  
Malgré un bilan atteignant 100% du PIB du pays et des taux  
d’intérêt négatifs le long d’un large spectre de maturités, la politique  
monétaire de la Banque du Japon n’a pas l’effet escompté sur la  
dynamique des prix. L’inflation s’établit en glissement annuel à  
seulement +0,5% en moyenne depuis le début de l’année et reste  
inférieure à 1% depuis début 2016.  
2
020, à +0,2% en moyenne annuelle.  
Toujours plus d’accommodation monétaire  
Menant déjà une politique monétaire largement expansionniste, la  
morosité des projections macroéconomiques pourrait pousser la  
Banque du Japon  
à ajouter un degré d’accommodation  
supplémentaire lors de la réunion de fin juillet. La forward guidance,  
pourrait pour commencer être étendue.  
QUI SOMMES-NOUS ? Trois équipes d'économistes (économies OCDE, économies émergentes et risque pays, économie bancaire) forment la Direction des Etudes Economiques de BNP Paribas.
Ce site présente leurs analyses.
Le site contient 2175 articles et 572 vidéos