Baromètre

Alerte de dernières « minutes »

09/01/2022

La Réserve fédérale (Fed) ne plaisante plus. Face au dérapage inédit de l’inflation (6,9% sur un an en novembre dernier, probablement à peine moins en décembre), elle va resserrer sa politique monétaire, davantage que prévu.

Alors que l’arrêt du quantitative easing a déjà été précipité, les dernières « minutes » du Comité de l’Open market (FOMC) révèlent que la taille du bilan de la Fed pourrait être réduite « à un rythme plus rapide que lors des épisodes de normalisation précédents » et « dès après la première hausse des taux d’intérêt » (FOMC, 2021[1]). Les marchés anticipent maintenant un tour de vis d’un quart de point en mars, suivi d’au moins deux autres en 2022. Jusqu’à présent peu sensible aux annonces de la Fed, le rendement à 10 ans des Treasuries remonte. À 1,70% le 6 janvier, il gagne 20 points de base depuis le début de l’année.

Au-delà des statistiques d’inflation, c’est la situation du marché du travail, jugée « tendue » par les membres du FOMC, qui autorise le changement de cap. Le tout dernier rapport sur l’emploi publié par le BLS (Bureau des statistiques du travail) n’invalidera certainement pas ce constat. Pour la première fois depuis janvier 2019, le taux de chômage est repassé sous la barre des 4% en décembre (3,9%), tandis que le nombre de postes créés (199 000 en décembre) était, une nouvelle fois, révisé en hausse. En 2021, ce sont près de 6,5 millions d’emplois qui auront été récupérés sur les quelque 9,4 millions perdus en 2020, alors même que beaucoup d’actifs (un peu plus de 2 millions, pour la plupart découragés ou empêchés par la Covid-19) manquaient à l’appel. À en juger par le nombre exceptionnellement élevé de postes vacants (en légère baisse mais toujours proche de 10 millions), ou par l‘accélération à la hausse des salaires (+6% en rythme annualisé sur base horaire au dernier trimestre de 2021), la situation est effectivement tendue.

[1] “Almost all participants agreed that it would likely be appropriate to initiate balance sheet runoff at some point after the first increase in the target range for the federal funds rate. […].Many participants judged that the appropriate pace of balance sheet runoff would likely be faster than it was during the previous normalization episode”. FOMC, Minutes of the Dec. 14-15 Meeting, 2021.

ÉTATS-UNIS : ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES INDICATEURS

Découvrir les autres articles de la publication

Edito
Ruptures d’approvisionnement, quelques signes encourageants

Ruptures d’approvisionnement, quelques signes encourageants

Le cycle économique actuel est atypique, et cela influence la démarche analytique. L'attention se porte sur l'offre et sa capacité à répondre au niveau de la demande, plutôt que sur la demande elle-même [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
PMI : les pressions sur les prix manufacturiers continuent de s’atténuer, mais elles restent élevées

PMI : les pressions sur les prix manufacturiers continuent de s’atténuer, mais elles restent élevées

Le PMI manufacturer mondial, resté stable en décembre, a peu évolué depuis le printemps 2021. Cela masque néanmoins d’importantes différences d’un pays à l’autre [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Le ralentissement se confirme

Le ralentissement se confirme

D’après les indicateurs disponibles pour la fin de l’année 2021, l’Allemagne aurait enregistré au T4 2021 au mieux une croissance très faible, mais une contraction du PIB n’est pas à exclure [...]

LIRE L'ARTICLE
Baromètre
Covid-19 : record du nombre de nouveaux cas dans le monde

Covid-19 : record du nombre de nouveaux cas dans le monde

Le plus grand nombre de nouveaux cas par pays a été enregistré aux États-Unis. Suivent le Royaume-Uni , la France, l’Italie et l’Espagne [...]

LIRE L'ARTICLE
LES ÉCONOMISTES EXPERTS AYANT PARTICIPÉ À CET ARTICLE
William DE VIJLDER
Equipe : Etudes économiques
Jean-Luc PROUTAT
Equipe : Projections économiques
Guillaume DERRIEN
Equipe : Economies OCDE
Tarik Rharrab
Equipe : Statistiques